www.exmed.org

Accéder à tous nos coups d'oeil parus depuis 2002

L'année exmed 2014

Voici les coups d'oeil de juillet, août et septembre 2014 déjà parus sur le site exmed:

30 juin - 1er juillet 2014
Quand les causes sont en cause LEM 868
Ah, la question des causes des maux dont nous souffrons est encore loin d'être épuisée. Chacun se souvient du mémorable « c'est le poumon » de Molière. Notre écrivain Jacques Grieu nous adresse un délicieux clin d'oeil. Causalité affirme le titre de la LEM 868. L'oreille du soignant, certainement déformée par son métier, entend facilement cause alitée. Or, de lit, point ici. Mais, ça cause.
En prime, miracle précieux des recherches par internet, c'est une occasion de faire connaissance avec un poète hongrois dont j'ignorais encore jusqu'à ce jour l'existence.
Dr F-M Michaut

2 - 3 juillet 2014
En bout de chaîne
La médecine occidentale contemporaine, du fait de sa fragmentation extrême en spécialités de plus en plus techniques, est devenue une gigantesque chaîne à prodiguer des soins.
Chaque praticien, devenu de fait un ouvrier spécialisé, fait son petit (ou grand) travail avant de faire la passe à un autre «spécialiste». Non sans ironie paradoxale de la part de ses défenseurs, croyant gagner du galon, la médecine générale est elle-même devenue une spécialité.
Alors qu'en bout de chaîne de la médecine hospitalière finisse par se trouver celui qui doit, pour de multiples raisons, décider de mettre fin à des maintiens en survie sans aucun espoir raisonnable de réversibilité, c'est inévitable. Ce lampiste de la médecine est bien illustré par l'affaire hautement médiatisée du docteur Bonnemaison.
N'oublions pas que le temps est encore proche où un chef de service pouvait, sans en rendre compte à quiconque, de «débrancher» un patient sous respiration artificielle, ou de demander à une infirmière d'administrer un «cocktail lytique» pour abréger une agonie jugée trop longue.
Alors, il me semble trop facile de faire porter moralement sur un seul homme la responsabilité d'une situation qui résulte de «ce qu'a produit» chez un malade grave toute la chaîne de soins.
L'Ordre des médecins a eu grand tort de se précipiter, bien avant que la justice ne se soit prononcée en sa faveur, pour exclure de la profession médicale le docteur Bonnemaison.
Dr F-M Michaut

4 - 6 juillet 2014
Semeur de méfiance
Bien curieuse actualité en France que celle de ce balai répétitif entre des gens de pouvoir, au plus haut niveau, et des institutions dont la mission est de faire respecter par tous les obligations du droit et des lois.
La notion même de confiance, dont ce site dans son petit domaine cherche à maintenir l'existence, devient de moins en moins perceptible. Le traditionnel : «faites-moi confiance» se révèle si souvent l'annonce d'un gros mensonge qu'il ne fait que renforcer la méfiance inévitable de ceux qui ont été trop et trop longtemps bernés.
Mensonge, le gros mot honteusement maquillé en aseptique contre-vérité, tel est le noeud de ce qui nous arrive.
Certes toute vérité n'est pas bonne à dire, et l'éloge du silence n'est plus à faire. Mais tout mensonge, aussi petit soit-il, est, à terme, destructeur de n'importe quelle relation humaine. La bible va plus loin encore en affirmant qu'il détruit ce qui existe.
Cancer de la condition humaine, tu es étrangement toléré, quand ce n'est pas franchement encouragé par des esprits cyniques à la courte vue.
Bien entendu, ceci n'a rien à voir avec la fameuse transparence, dont les dés sont pipés par les plus habiles des menteurs.
Dr F-M Michaut

7 - 8 juillet 2014
Foot, c'est pas toujours le pied LEM 869
La balle au pied, pourquoi pas, mais Brésil ou pas, que peut-il bien se passer dans (et non sur) les têtes ? Ne soyons pas égoïstes : ce n'est pas parce que les Tricolores sont désormais dans les choux que nous devons baisser le pavillon du ballon rond !
Il ne faut rien moins qu'un chirurgien des mots pour explorer cet univers si étrange que personne ne peut échapper aux dévotions du moment à saint FIFA. Jacques Grieu est au bistouri, l'opération est savoureuse. Bonne lecture de Foutomania PENALTY !
Dr F-M Michaut

9 - 10 juillet 2014
Vide ou bide?
Rien à faire, j'ai beau scruter les échos des publications médicales, ou plus exactement ceux qui peuvent retenir l'attention des fournisseurs de connaissance, l'horizon demeure dramatiquement vide. Certes des trouvailles et gadgets technologiques continuent d'entretenir l'illusion que les sciences médicales demeurent en plein essor. Technologie et science, bien que cousins sont deux domaines bien distincts.
Pour ceux qui peuvent connaitre (ou ont pu naguère en faire partie) le monde médical de l'intérieur, le constat est sans appel. Les esprits, dont c'est pourtant la fonction et la mission, sont devenus stériles. Les tripatouillages statistiques, utilisés à outrance et sans esprit critique, ne doivent pas faire illusion, la véritable science médicale est en panne.
Ce coup d'arrêt de la connaissance ne peut pas rester longtemps méconnu du plus grand nombre. Ses conséquences sont évidentes, ses causes méritent un grand effort d'analyse pour qui souhaiterait y porter remède, dans notre plus grand intérêt à tous.
Dr F-M Michaut

11 - 14 juillet 2014
Pétards pour le 14 juillet
Alors que la France continue de ne pas vouloir prendre en compte que près du tiers de sa population utiliserait (Observatoire français des drogues et toxicomanies) plus ou moins du chanvre indien, l'État de Washington (USA) vient d'autoriser la vente de marijuana dans des boutiques spécialisées. Source : Le Monde.fr du 9 juillet 2014.
Il n'est pas inutile de garder en mémoire que la politique de lutte contre «la drogue» a été lancée par les Etats-Unis de Richard Nixon en 1973. Exactement sur le modèle inspiré du puritanisme de la calamiteuse et inefficace prohibition de l'alcool (1919-1933).
L'expérience mérite d'être suivie sous tous ses aspects par ceux qui estiment dangereux de rester figés dans des opinions purement idéologiques.
Dr F-M Michaut

15 - 17 juillet 2014
Méfiez-vous des vieux LEM 870
Quand, jeune médecin, j'interrogais des vieux praticiens sur ce qui avait le plus bouleversé leur métier, je recevais une triple réponse. D'abord le téléphone, puis l'automobile, et en troisième place l'instauration de la sécurité sociale après la deuxième guerre mondiale.
Même pas une mention pour les prestigieux antibiotiques ou les miraculeux corticoïdes !
Un beau jour, les médecins ont pu vivre de leur métier, alors qu'auparavant ils se devaient d'avoir une fortune personnelle pour avoir un cabinet médical. Céline le raconte fort bien dans Voyage au bout de la nuit.
Penchons nous un peu sur ce qui a conduit notre pays à se doter d'une assurance maladie, chomage, maternité et vieillesse.
Le voyage, pas vraiment touristique, n'est pas sans intérêt pour éclairer notre actualité. LEM 870 : Caisses de secours mutuel.
Dr F-M Michaut

18 - 20 juillet 2014
Mort brutale d'un enfant
Il avait 8 ans, quand sa mort dans un centre de vacances a bouleversé le pays tout entier. Le (trop) rapide rapprochement avec un problème de potabilité du service d'eau, l'association à une banale toxi-infection alimentaire collective sans gravité, a fait annoncer le diagnostic terrifiant d'empoisonnement.
La famille a porté plainte contre les présumés responsables. Qui la critiquerait de réagir ainsi ?
L'autopsie du pauvre petit a permis d'éliminer toute cause toxique.
Faut-il rappeler à ceux qui ont l'indignation aussi rapide que l'éclair qu'il existe une éventualité que rien ne permet de prévoir ? Sa rareté épidémiologique rend toute étude difficile, ce qui ne veut pas dire qu'elle n'existe pas.
Son nom ? La mort subite de l'enfant. Sa cause, pas plus que celle largement médiatisée du nourrisson, puis plus tard celle de l'adolescent et de l'adulte, demeure inconnue, rendant toute prévention impossible.
Quelle maladie de l'esprit que, sous couvert du droit d'informer l'opinion publique, présenter dans la précipitation de simples hypothèses non vérifiées, des probabilités approximatives, comme des faits établis !
Qui pense à ce que vont obligatoirement vivre pendant des années incalculables et la famille foudroyée et les personnes concernées dans, et par, la survenue d'un tel drame ?
Dr F-M Michaut

21 - 22 juillet 2014
Etat de santé de l'état LEM 871
N'attendez pas de Jacques Grieu, ingénieur de formation, un discours marqué par les auto-désignées sciences politiques (Science Po pour les intimes). Vous n'aurez pas non plus ici de dissertation sur des faits médiatisés ou des personnages se mettant en scène dans de tristes manoeuvres de «communication». Les structures sont sur la sellette, pas les hommes ou leurs partis.
Avec la LEM 871 État de choc ÉTAT CIVIL, c'est de l'état clinique de l'État en France lui-même qu'il est question, sans concession, avec une proposition finale salvatrice hors du courant dominant. Cela mérite attention, et... débat.
Bonne lecture contre la torpeur estivale régnante.
Dr F-M Michaut

23 - 24 juillet 2014
Quand on a la haine
Qui n'a pas entendu d'une bouche cherchant à s'exprimer cette locution : « J'ai la haine ». Peu importe ici le motif invoqué, c'est la façon de dire qui compte. Avec une clairvoyance, probablement involontaire, cette personne parle de la même façon que si elle était touchée dans sa chair et dans son esprit par une maladie. Le verbe avoir, comme on dit avoir la grippe ou un infarctus, oriente vers une pathologie qui génère une souffrance.
Alors que l'amour, quand il n'est pas caricaturé, se révèle un moteur irremplaçable de création, la haine ne peut créer d'autre énergie que la destruction. Destruction de son objet, c'est évident pour tous. Mais aussi, par inévitable effet rebond, destruction de tous ceux qui, persuadés d'être dans leur bon droit, laissent la haine envahir et polluer leur vie.
La pilule anti-haine n'est pas encore dans les pharmacies, et n'a aucune chance de voir le jour tant nos connaissances sont insuffisantes. Le « vaccin » est à chercher ailleurs, et ne peut être trouvé que dans les têtes comprenant un peu moins mal combien toutes nos diversités sont indispensables à la survie de notre si fragile humanité.
Dr F-M Michaut

25 - 27 juillet 2014
Et un tour de plus
Vraiment, elle n'a rien à envier aux gladiateurs romains notre grande boucle nationale, avec l'amplification extrême des écrans à tout faire.
Le spectacle est parfaitement huilé, chacun (dont nos splendides sites nationaux) tient au mieux son rôle. Même pas (encore) une petite annonce d'un contrôle positif à quelque substance interdite par la liste des dopants toujours en retard d'un métro !
Brusque vertu des milieux sportifs ou (rien ne permet de l'éliminer) usage de nouvelles méthodes encore non repérées par les officiels ?
Le spectacle de coureurs parcourant une étape de montagne à plus de 35 km heure de moyenne met mal à l'aise tous ceux qui se sont un peu frotté au vélo sportif.
N'existe-t-il pas beaucoup de méthodes autres que bêtement chimiques, et notamment physiques et psychologiques pour faire fonctionner au mieux des corps d'athlètes ?
Un tel «forcing» dont les héros du jour seront inévitablement les victimes demain ne pose-t-il vraiment aucun problème éthique à qui que ce soit ?
Les médecins n'ont rien à dire sur le culte de la performance à n'importe quel prix, du toujours plus vite, du toujours plus fort ?
Dr F-M Michaut

28 - 29 Juillet 2014
Nos fondamentaux LEM 872
La science physique est le socle sur lequel tiennent toutes les sciences qui ont trouvé (donc prouvé aux yeux de tous) leur fertilité remarquable en médecine depuis trois siècles.
Est-il nécessaire, en ce début de millénaire (1914 a débuté le XXème siècle) d'aller examiner l'état de santé de la science reine par excellence ?
C'est le parti, pour le moins inhabituel, que prend la LEM 872 que je vous laisse découvrir, avec l'appui d'une vidéo d'un auteur on ne peut plus autorisé et estampillé.
Dr F-M Michaut

30 - 31 juillet 2014
Dormez, je le veux
La Haute autorité de santé publique (HAS) va, peut-être, proposer aux praticiens d'utiliser cette injonction hypnotique à leurs patients demandant un remède pour retrouver leur sommeil perdu.
Selon Le Quotidien du médecin du 27 juillet 2014, cette Institution du ministère de la santé met dans le plateau de la balance et son altitude et sa capacité à donner des ordres en demandant que les assurés sociaux voient le remboursement de leurs benzodiazépines somnifères passer de 65 à 15%. Et pan, les assurances mutuelles (pour ceux qui ont les moyens de se l'offrir) vont encore pouvoir augmenter leurs cotisations.
Motif invoqué de ce déclassement : leur effet jugé trop faible. Ah bon ? Que les prescripteurs et les patients peuvent être stupides pour en faire un tel usage sans se rendre compte que c'est du pipi de chat. C'est ce qui semble suggéré, et n'a rien de respectueux pour personne.
Que vont donc utiliser, à la place de ces petites pilules bien pratiques et peu toxiques, les cliniciens qui pensent que le sommeil a un effet réparateur pour la santé physique et mentale dans beaucoup de situations ?
L'industrie pharmaceutique ne va pas laisser partir un marché aussi juteux. On fait le pari ?
FMM
PS : dans la tradition germanique, un bon (contenance non précisée) verre de vin rouge au coucher assurerait un sommeil réparateur. Qu'en dirait notre vertueuse HAS ?
Dr F-M Michaut

1 - 3 août 2014
Nobel blague, quel tabac
L'effet de retour en boucle des messages les plus farfelus trainant sur le web depuis des années est bien connu de tous les consommateurs d'internet.
Donner la paternité d'une «info» à un médecin est une recette bien connue. Ça fait sérieux. Lui attribuer le prix Nobel qu'il n'a jamais obtenu, voilà qui en remet une couche de plus. C'est ce qui est arrivé au docteur Drauzio Varella, oncologue brésilien.
Impossible de ne pas citer la phrase qui lui est prêtée ( Le Monde.fr du 29 juillet 2014) :
« Dans le monde actuel, nous investissons cinq fois plus d'argent en médicaments pour la virilité masculine et en silicone pour les seins des femmes que pour la guérison de la maladie d'Alzheimer. Dans quelques années, nous aurons des vieilles avec des gros seins, des vieux à la verge dure, mais aucun d'entre eux ne se rappellera à quoi ça sert.». Le seul hic, c'est que ce n'est pas de lui.
L'esprit critique est-il donc si hypotrophié dans beaucoup d'esprits que le moindre argument fondé sur l'autorité (supposée) nous fasse mettre intellectuellement au garde à vous ?
L'école vraie (celle de la vie, et non celle du virtuel qui nous bouffe de plus en plus) ne nous apprend-t-elle plus rien de la réalité ?
Dr F-M Michaut

4 - 5 août 2014
Derrière les fureurs de Gaza
Les drames de la Palestine ne se sont pas noués par hasard. C'est la toile de fond des hommes concernés, du moins d'une partie d'entre eux, bien au delà de la seule actualité, qui peut donner un éclairage laissé dans l'ombre par les témoins actionnés par leur seul ressenti émotionnel.
Un livre récent, initialement écrit par deux Israéliens en langue anglaise, nous apporte une précieuse ligne directrice pour tenter de nous y retrouver par notre propre réflexion.
La LEM 873 Au delà des maux du jour, les mots de toujours est à votre disposition et son auteur vous remercie de vos critiques, aussi acerbes puissent-elles être.
Dr F-M Michaut

6 - 7 août 2014
Ebola, olala
Qui aurait parié avant 1976 que cette tranquille rivière du Zaïre deviendrait un synonyme de terreur pour tous les amateurs de médecine d'épouvante?
Nos informateurs professionnels savent fort bien fabriquer du sensationnel quand la panique ancestrale nous prend aux tripes dès qu'une menace d'épidémie se profile.
Les fièvres hémorragiques humaines causées par des animaux porteurs d'un virus sont connues depuis longtemps. Notre impuissance thérapeutique presque totale (mis à part le VIH du Sida et, en partie, le virus de l'hépatite C) quand la maladie est déclarée est une réalité. Seule la vaccination préventive systématique de masse semble avoir fait ses preuves, comme contre la variole. Encore faut-il que ce vaccin existe, ce qui n'est pas le cas pour l'Ebola.
De grandes manoeuvres ont lieu dans nos pays occidentaux, avec des affirmations qui n'ont aucun fondement scientifique sérieux.
Il s'agit juste de rassurer les populations, au lieu de dire la vérité.
Elle est simple : nous ne maîtrisons absolument pas le domaine immense des virus.
Alors, attention aux vantardises comme aux discours catastrophistes, voir apocalyptiques : gardons les yeux grand ouverts et faisons confiance à notre seule énergie utilisable. C'est celle de nos cerveaux humains quand ils peuvent librement fonctionner en dehors de toute attitude de propagande, de soumission ou... de profit immédiat.
Dr F-M Michaut

8 - 10 août 2014
La véritable histoire de Garches
Comme tous les hôpitaux publics, il y a de fortes chances que celui de Garches (près de Paris) soit dans une misère financière indescriptible. Le regroupement de son service d'oncologie avec un autre obéit à  des considérations de gestion économique pure. Pourtant, soyez certains que vous n'entendrez JAMAIS un administrateur public admettre ces difficultés économiques. Mot d'ordre implicite est : « il ne faut pas que cela soit dit ».
L'administration préférera en toutes circonstances invoquer des raisons d'allure pseudo scientifique, pseudo humanitaire ou pseudo «solidaire» plutôt que d'admettre, face aux usagers, les difficultés économiques insolubles dans lesquelles elle se trouve. C'est ce qui s'est passé pour le service d'oncologie de Garches pour lequel «on» a essayé de convaincre les patients qu'ils seraient mieux soignés dans un autre service avec des «protocoles» plus modernes, quitte à faire prendre le Dr Nicole Delépine, chef du service qu'on avait décidé de fermer, pour une vieille bique attardée. Aucune évaluation des résultats obtenus par ses traitements n'a été faite, faute de moyens intellectuels et matériels adaptés pour l'effectuer.
Il s'agissait de fermer ce service sans en avouer le motif évident qui est la mouise financière préoccupante de toute l'hospitalisation publique en France.
Dire la vérité, féliciter le Dr Delépine pour l'ensemble de sa carrière réunir les patients et familles et leur présenter leurs nouveaux thérapeutes en les assurant de leur suivi médical, terminer par un buffet campagnard , ou un goûter pour les enfants, une accolade de la ministre Marisol Tourraine au Dr Delépine . Quelques larmes écrasées furtivement de la part de notre valeureuse consoeur,  et c'était bon. Mais quand on est un petit technocrate sans intelligence émotionnelle et prétentieux, on ne sait  pas faire ça.
Dr J-F Huet

11 - 17 août 2014
Août sans être out
Une petite semaine sous les parasols-parapluies (rayer la mention inutile), juste avec une petite LEM pour la dégustation.
Le plus court étant le meilleur, voici Solution de continuité.
Bonne sieste.
Dr F-M Michaut

18 - 19 août 2014
Lire bon ne nuit pas LEM 875
L'ami Pierrot ne me démentira pas. La lune est à la plume ce que la coquille est à l'escargot dit le proverbe de nos campagnes.
Alors ce n'est pas ce palot, faute d'ultra-violets estivaux, de Pierrot qui va gagner le cocotier de la publication sur ce site.
Mais bien notre valeureux et émérite Jacques Grieu, dont la carrière ,on ne peut plus sérieuse d'ingénieur, n'est pas venue à bout de ses capacités de faire danser les mots et les expressions.
Voici sa LEM 875 Nuisances NUIT NOIRE.
Dr F-M Michaut

20 - 21 août 2014
Il n'y a pas de leader en médecine
Un correspondant me dit que les médecins n'ont pas de leader.
Mais en on-t-ils jamais eu?
En fait, il n'en n'ont jamais eu aucun. Tous ceux qui, à un moment donné, contestent le fonctionnement du système finissent par s'y soumettre juste quand il faudrait en discuter à fond les principes fondateurs. Tout le monde ici finit pas entonner les cantiques « solidaires », à la gloire du prétendu « meilleur système du monde », en se ralliant à l'idée jamais prouvée qu'il faut le sauver à tout prix. L'habileté de nos contradicteurs est de pousser le corps médical à des contestations « cosmétiques », de nature essentiellement financière, ce qui permet d'accréditer l'idée que les médecins ne pensent qu'à l'argent.
Nous subissons en France, depuis plus d'un demi-siècle, la logique du financement public des dépenses de maladie. Elle ne peut pas évoluer autrement que vers le dirigisme.
Le système d'assurance maladie à la française est antinomique d'un exercice libre de la médecine.
On peut faire semblant de regarder ailleurs en soumettant des idées généreuses à notre tutelle, qui fera semblant de nous en féliciter, tout en continuant à agir à sa guise.
Il est donc grand temps de récuser collectivement et individuellement la sécu telle qu'elle existe
C'est un cancer économique social et médical à éradiquer.
Dans le cas contraire, acceptons en les métastases et l'évolution finale prévue depuis... 160 ans par un certain Frédéric Bastiat.
Dr J-F Huet
NDLR : À propos de Frédéric Bastiat, Michaut F-M, (2014) Les caisses de secours mutuel
http://www.exmed.org/archives14/circu870.html

22-24 août 2014
Remarquables excuses
Au fil du temps, les inventions de nos cerveaux humains dépassent souvent les nobles intentions de leurs découvreurs. L'histoire de la médecine, comme de la chirurgie, est pleine d'épisodes qui se sont révélés redoutables... pour les patients. La merveilleuse streptomycine qui rend sourd, les extraordinaires barbituriques qui rendent dépendants, les stupéfiants électrochocs sans anesthésie, la sulfureuse psychochirurgie avec ses lobotomies, pas de quoi pavoiser. Mais d'excuses de leurs auteurs dépassés par leurs trouvailles, à ma connaissances, pas la moindre trace.
Alors, quand un inventeur informatique (Ethan Zuckerman) présente auprès des internautes ses excuses pour avoir inventé, il y a vingt ans, ce qui est devenu les lassantes fenêtres surgissantes publicitaires (pop up), c'est à saluer. Dire, comme il le fait, que la publicité constitue le péché originel de l'internet est faire preuve d'une belle lucidité.
À imiter sans modération, pour paraphraser une lamentable scie médiatique, dès que parait une bouteille sur un écran, qui se voudrait préventive.
FMM
http://www.huffingtonpost.fr/2014/08/18/pop-up-fenetre-publicitaire-web-bloquer_n_5687048.html?utm_hp_ref=france

25 - 26 août 2014
Boîterie intellectuelle LEM 876
Quand un moteur ne tourne pas rond, il faut mettre les mains dans le cambouis pour y remédier. Quand c'est l'image de la réalité, que nous proposent nos différentes sciences, qui montre des signes de faiblesse, les choses deviennent un peu plus compliquées. Comme il est bien difficile à une très grande partie des scientifiques de remettre en question leur propre savoir, c'est à chacun de tenter de faire fonctionner ses petites cellules grises, avec tous les pièges que cela peut comporter, pour tenter d'apercevoir un horizon plus ouvert.
La LEM 876, dans le droit sillage de la LEM 872 Physicians et 874 Solution de continuité, vous invite à découvrir Sa Majesté STATISTIQUE.
Bonne lecture.
Dr F-M Michaut

27 - 28 août 2014
Vapotage, drôle de soupe
Alors que la Société américaine de cardiologie (AHA) vient de lancer un appel pour une réglementation sévère des cigarettes électroniques, la question des produits qui se vapotent vraiment demeure mystérieuse en France.
En l'absence de toute obligation légale, chaque usager peut, au lieu d'acheter des solutions toutes faites ( en principe propylène glycol, glycérine, eau, parfums et nicotine ) se bricoler lui-même les mélanges chimiques qu'il choisit d'inhaler.
La tentation est grande de tenter, sous cet habit innocent, des voyages chimiques plus ou moins détonnants. Et d'en faire circuler sous le manteau, avec nos chers réseaux dits sociaux, les recettes douteuses. La petite nicotine de grand papa, même si elle bien mauvaise pour le coeur et les vaisseaux, risque fort de devenir rapidement un pipi de chat pour les aventuriers insatiables des paradis chimiques.
Dr F-M Michaut

29 août - 31 août 2014
Vivent les bleus en blanc
Plusieurs milliers de jeunes gens se lancent dans quelques jours ou semaines dans des études bien particulières. Dans une société où l'individualisme et la recherche du profit personnel maximum semble être la règle, les jeunes blouses blanches se lancent dans une autre voie. Acquérir, souvent durement, tant intellectuellement que du point de vue émotionnel, les compétences indispensables pour soigner ceux qui en ont besoin. Bel idéal initial d'altruisme qui mérite d'être salué sans restriction.
Beaucoup sont appelés, peu (pour des raisons étrangères à la valeur humaine de chaque candidat) seront élus. C'est la dure loi de la «sélection».
Réussite ou échec à ces études, souhaitons simplement que chacun puisse développer dans sa vie personnelle cette volonté, hors du commun, de se tourner vers les autres pour les aider à vivre le mieux possible.
Que des échecs initiaux deviennent des réussites de vie à terme, c'est un beau programme, non ?
Dr F-M Michaut

1 - 2 septembre 2014
Dans l'ombre de la fureur LEM 877
Le poème que Juliette Goldberg offre aux lecteurs de ce site sous le titre Gestes a été écrit au moment où les évènements terribles de Gaza nous livraient en boucle des images de gestes d'une violence extrême.
Le contrepoint de ce que peuvent aussi être des gestes, qui ne se veut en aucune façon moralisateur, larmoyant ou partisan, en toute pudeur, se révèle annonciateur d'un avenir moins désespéré pour tous.
Une chanson de geste ? Pas vraiment, quoi que...
À vous de découvrir.
Dr F-M Michaut

3 - 4 septembre 2014
Cerveaux d'enfants
Les portes des écoles se sont ouvertes pour un nouveau cycle annuel. Les débats rituels sur les questions d'intendance et d'organisation masquent une réalité rarement abordée.
Celle de la croissance du premier outil de connaissance qui soit : le cerveau des enfants.
Les médecins savent maintenant que la maturité anatomique et fonctionnelle du cerveau humain, record de toutes les espèces, n'est atteinte qu'à l'âge de 13 ans.
Curieusement, toutes les traditions du monde ont fixé à cet âge exact, que ce soit chez les garçons ou chez les filles, la période de l'initiation aux valeurs des adultes.
Dès l'âge de 3 ans, les apprentissages scolaires deviennent la règle chez nous.
À quel jeu jouons-nous pour leur avenir, et le nôtre par ricochet, avec ces petits cerveaux qui sont encore loin d'être achevés quand la rentrée scolaire les met en charge comme des batteries électriques ? Les neurosciences (et non les bavardes et incertaines «sciences de l'éducation») devraient être passées à la question.
Dr F-M Michaut

5 - 7 septembre 2014
Médecine personnalisée
Selon Didier Sicard, ancien président du comité consultatif national d'éthique ( Revue Responsabilité n°55/volume 14, 5), c'est l'orientation que doit viser la profession médicale pour sortir des ornières des soins dominés par la technique et les seules statistiques. «Avec la médecine personnalisée, la médecine s'intéresse de nouveau à la personne dans sa singularité».
Fort louable orientation que ce retour à la personne de chaque patient.
Comment est-ce possible si le même soin n'est pas mis en oeuvre pour que puisse librement s'exprimer la personne, toute aussi singulière, de chaque soignant ? Les formations à la chaine, les robotisations des esprits, les standardisations des conduites et des comportements, les coercitions administrativo-politiques (cf l'affaire Delépine Coup d'Oeil du 8-10 août , c'est bien tout cela qui doit être mis en cause pour que les choses puissent bouger.
Le chantier est d'autant plus gigantesque que chaque professionnel dans ce puzzle a finalement intérêt à ce que rien ne bouge pour que son pré carré ne soit pas atteint. Un colosse aux pieds d'argile, cela ne doit impressionner personne quand l'automne s'annonce.
Dr F-M Michaut

8 - 9 septembre 2014
Le règne du tout État LEM 878
Depuis 1945, les citoyens britanniques ont fait le pari de se doter d'un système nationalisé de santé. Le NHS, pour les intimes. Ont-ils eu tort, ont-ils eu raison, ce n'est pas l'objet ici.
La France, depuis la même époque, ne cesse de caresser en secret le rêve de transformer son système hybride mi privé, mi public en une grande machine sous le seul contrôle de l'État.
Il n'est pas anormal que des citoyens qui ont choisi de soigner les autres sans devenir des fonctionnaires disent haut et fort, et sans langue de bois stratégique, ce qu'ils en pensent.
La parole est au docteur Jean-François Huet.
Découvrez la LEM 878, et si, comme pour ce site, elle vous semble digne d'intérêt, il n'est pas interdit d'en faire connaître l'existence à vos contacts personnels.
Dr F-M Michaut

10 - 14 septembre 2014
Public, tu dois choisir
La presse locale et nationale s'en est fait l'écho. La maternité de Royan, qui n'est pas la plus petite cité du royaume (ça rime mieux), va fermer ses portes.
Faute de parturientes ? Que nenni. Impossibilité de recruter un médecin obstétricien.
Qui peut s'étonner que les jeunes praticiens n'acceptent plus de se voir traîner devant les tribunaux pour un oui ou pour un non, quand, hélas, l'évolution des soins médicaux connait une issue dramatique ?
Il est grand temps de poser à chaque conscience la question suivante : vaut-il mieux, pour soi-même et pour les siens, un médecin qui risque de se tromper ou, et ce n'est pas une plaisanterie, pas de médecin du tout ?
Dr F-M Michaut

15 - 16 septembre 2014
Ecoutez voir LEM 879
Des yeux et des oreilles ? Il en est question dans la LEM 879 Les mamus des indiens Kogis qui s'intéresse à une civilisation d'une longévité hors du commun.
Comment forment-ils leurs médecins ? Même s'il semble difficile de s'en inspirer directement, cela vaut le (court) voyage virtuel.
Dr F-M Michaut

17 - 18 septembre 2014
Phobie, alibi
- Avec ma p'tite auto, j'ai pas pu résister. Ben oui, m'sieur l'agent, ça été plus fort que moi.
Au feu de croisement, j'ai vu que c'était rouge. Insupportable cette maladie, ma phobie m'a obligé à franchir le carrefour sans m'arrêter.
- En plus du PV et des points de permis de conduire en moins, vous voulez pas, en prime, un outrage à agent de la force publique ?
Moralité : avec ou sans certificat médical à l'appui, les diagnostics empruntés à la psychopathologie, qui que l'on soit, doivent être utilisés pour justifier sa conduite avec la plus extrême modération.
Dr F-M Michaut

19 - 21 septembre 2014
Faire marcher son cerveau, péché mortel
Au nord du Nigeria, l'institut fédéral d'enseignement supérieur de Kano, a été attaqué le 17 septembre 2014 par de supposés kamikazes. Il y aurait eu 13 morts et 34 blessés ( Le Monde.fr du 17 septembre 2014).
Une fois encore, l'action aurait été perpétrée par des membres de la secte Boko Haram dont le nom est tout un programme. En langue haoussa (l'arabe traditionnel local) cela dit, sans détour : l'enseignement occidental est un péché.
   Faire régner par la force la plus extrême une conversion obligatoire à une société renonçant à faire fonctionner le cerveau dont notre espèce a la chance unique d'être doté est insoutenable. Entre autres, pour des médecins et des soignants qui savent parfaitement deux choses.
- D'abord que sans les apports des sciences, ils sont incapables de soigner les malades.
- Ensuite que sans les apports extraordinaires de la culture islamique elle-même dans notre Moyen-Âge, notre médecine, comme notre astronomie ou notre chimie (al kémi en arabe) n'auraient jamais pu se développer comme elles l'ont fait.Peut-être que certaines sources lointaines doivent être retrouvées, mais un retour en force à notre an 632, ce n'est pas la méthode la plus acceptable par la culture contemporaine, irréversiblement, grâce à la technique, devenue planétaire. L'obscurantisme n'est pas une maladie contagieuse.
Dr F-M Michaut

22 - 23 septembre 2014
L'impôt pue l'air LEM 880
Pourquoi donc parler sur ce site de ces taxes aussi locales que globales qui nous polluent la vie ?
C'est un certain Noctuel, écrivain de son état, qui nous livre la clé : « Le fisc est assurément le plus grand des guérisseurs. Il pratique largement «l'imposition» des deux mains ».
Parole à Jacques Grieu, encore tout émoustillé par ces feuilles d'automne fiscales qui nous tombent dessus à la pelle. LEM 880 : Notations BLOC-NOTE.
Dr F-M Michaut

24 - 25 septembre 2014
Tous ados?
Une étude de l'Unicef affirme que près de la moitié des adolescents français présente une «souffrance psychologique» (Le Monde.fr du 23 septembre 2014). Première surprise, sont inclus dans les sujets étudiés des jeunes de 6 à 18 ans.
Avons-nous sérieusement en tête que le cerveau humain n'atteint sa pleine croissance anatomique et surtout fonctionnelle qu'à l'âge de 13 ans ? Faire un paquet global de ces différentes classes d'âge ressemble à une simplification en trompe l'oeil. Serge Paugam et Catherine Dolto, sociologue et médecin respectivement, les chefs d'orchestre de l'étude, proposent une explication fondée principalement sur une «faiblesse de liens». Fort bien, mais que peut-on faire pour y remédier du côté de ceux qui ont dépassé l'âge de la majorité légale ?
Si l'on se donnait la peine d'écouter ce que disent les professionnels des relations humaines se fondant sur leur pratique quotidienne, une piste se ferait jour. Le(s) modèle(s) humain(s) contemporain(s) dominant(s) de l'adulte, c'est à dire de qui a fini de grandir - adolescere des latins- ne peut plus être repérable. Juste pour s'y conformer ou s'y opposer avec force dans ses jeunes années. Nous sommes dans un monde d'adolescents, de gens qui, jusque dans leur vieillesse, n'ont jamais fini de jouer, tant avec le monde matériel qu'avec les réalités spirituelles. L'adolescence comme idéal de toute une vie, c'est le modèle unique que nous montrons. Impossible de s'identifier au monde adulte.
Voilà qui rend problématique toute envie de devenir grand, autonome et responsable. Cette souffrance juvénile est d'une toute autre dimension qu'une impalpable, donc inguérissable, «faiblesse de liens».
Dr F-M Michaut

26 - 28 septembre 2014
Grève des médecins
Mon âge déjà avancé me permet de revendiquer le titre « d'historien des grèves médicales » à travers les âges.
Je vous fais part de mon analyse pour avoir manifesté pour la première fois sous le ministère de madame Simone Veil qui, pourtant, était d'une autre trempe que l'actuelle titulaire imposée au même poste.
La grève des soins est un concept vide de sens et d'efficacité , car elle est :
-1° historiquement toujours inutile,
-2° toujours mal vue,
-3° toujours mal interprétée,
-4° toujours caricaturée par nos contradicteurs,
-5° déontologiquement «limite»,
-6° le plus souvent impossible (voir article 63 du code pénal), notamment pour le réanimateur que je suis,
-7° donc intenable moralement, déontologiquement et économiquement, surtout quand on travaille dans un cabinet ou une clinique qui a du mal à survivre,
-8° ni la Sécurité sociale ni le ministère n'ont quoi que ce soit à faire de ces grèves qui les amusent dans la mesure où elles ne remettent pas le système en cause
Au total ? La grève des soins médicaux est un leurre, d'autant plus, qu'après les flonflons de la manif, rien ne change .
En revanche, au cas où ce serait oublié, une CONVENTION est un CONTRAT entre des parties (moralement et juridiquement parlant). Si les médecins se sentent grugés , atteints dans leurs intérêts, comme dans leur honneur, par les termes ou l'application du dit contrat, IL PEUVENT S'EN RETIRER  sans faire la moindre entorse au Droit ou à la morale.
La dynamique actuelle saute aux yeux.
Le financement des dépenses de santé par l'intermédiaire d'un tiers (public, mutualiste, ou privé) est la cause évidente de notre subordination, de la dégradation de nos conditions d'exercice, et de l'atteinte croissante à notre honneur professionnel. 
La chaîne qui nous lie à cette absurdité destructrice est le conventionnement.
Toute grève des soins est contreproductive. Notre seule arme défensive est de faire valoir notre droit civique, moral, et juridique de retrait de toute forme de système conventionnel. 
Dr J-F Huet

29 - 30 septembre 2014
Et si le temps LEM 881
Il n'est pas impossible que le temps, celui de chacun, soit bien autre chose que le ruban linéaire à sens unique que nous pensions. Quand la question est mise sur le tapis par un représentant autorisé de la communauté des physiciens d'expression francophone (détail à mes yeux remarquable), elle ne peut pas être évacuée d'un haussement d'épaule désabusé sous prétexte que cela n'a rien à voir avec la pratique de la médecine ou de toute autre activité réputée sérieuse.
Permettez-moi un conseil qui ne vous prendra qu'un instant, branchez-vous sur la LEM 881 pour y découvrir « LA ROUTE DU TEMPS, théorie de la double causalité ».
Bonne lecture.
Dr F-M Michaut