www.exmed.org

Accéder à tous nos coups d'oeil parus depuis 2002

L'année exmed 2018

Voici les coups d'oeil d'avril, mai, juin 2018 déjà parus sur le site  exmed


30 mars - 1er avril 2018
Le français n'est plus la langue de la France
C'est devenu une réalité en Afrique du Sud où l'enseignement considère notre langue, qu'elle diffuse largement, comme un «idiome transnational». Source : Courrier International du 16 mars 2018. Belle façon de débarrasser la sphère planétaire de la francophonie de sa connotation colonialiste des siècles passés.
Le moment est venu de réaliser que la langue que nous utilisons, pas toujours très bien d'ailleurs, n'est pas une possession nationale que nous aurions la bonté de prêter aux élites intellectuelles des nations de la planète. Globalisation remarquable d'un outil d'échange qui a réussi à échapper au nombrilisme franco-français : vive la francophonie telle qu'elle poursuit sa propre vie.
François-Marie Michaut

2 - 3 avril 2018
Croisement sanglant entre deux logiques LEM 1061

Tout bricoleur le sait à ses dépends. Trop serrez un écrou est une façon garantie de détruire un pas de vis. Se livrer à une chasse sans fin des indices évaluant la qualité des soins médicaux conduit à l'extermination de la médecine de qualité.
Cécile Bour nous l'illustre en trois coups de crayons dans la LEM 1061 Vous avez dit qualité ? Selon quel langage, celui des malades et des médecins, ou celui de la logique bureaucratique ?
François-Marie Michaut

4 - 5 avril 2018
Docteur, je suis contre
Avant de commencer votre consultation, sachez que je suis totalement contre le diagnostic que vous allez faire et je refuse le traitement que vous allez me prescrire. Petit dialogue médical aussi imaginaire qu'absurde.
Toute allusion au spectacle qu'offre au pays la tentative de traiter les maux bien réels de nos chemins de fer nationaux n'a rien de fortuit.
François-Marie Michaut

6 - 8 avril 2018
L'air des enfants
Un colloque a eu lieu à la mairie de Paris le 5 avril 2018 consacré aux conséquences sur la santé de la pollution de l'air des villes. Les dégats respiratoires, cardio-vasculaires et cancéreux sur les adultes sont bien connus.
Une étude de Biological Psychiatry montre une relation entre l'air respiré - même aux doses tolérées de polluants- pendant la grossesse et des déficits du développement cérébral chez les bébés. Aucun traitement curatif n'est possible, chacun le sait.
Vous claironnez prévention ? Aux actes, responsables.
François-Marie Michaut

9 - 10 avril 2018
Ne plus subir LEM 1062
Le catéchisme du déterminisme matérialiste ancré dans nos esprits, quoi que nous puissions faire, nous condamne à mort. Et s'il y avait quelque solide raison de comprendre que les choses peuvent être autrement pour sortir de cet univers hautement dépressiogène ?
Tel est le pari intellectuel hors du commun présenté par la LEM 1062 : Premier de cordée.
Bonne ascension à chaque internaute.
François-Marie Michaut

11 - 12 avril 2018
Autisme, Parkinson, Alzheimer
Trois affections jadis ignorées du public dont tout le monde parle partout, même au bistrot et à la télé, en ce moment. Mettre un nom sur une maladie a quelque chose de rassurant, mais aussi de trompeur.
Les médecins reconnaissent que mes symptômes ont une cause bien répertoriée. Rassurant pour moi. Mais cela n'a jamais voulu dire qu'ils savent exactement ce que c'est que cette cause. Zut.
Les neurosciences, dans leur état actuel d'avancement, malgré de multiples hypothèses, sont toujours dans l'ignorance de l'étiologie de ces grands maladies du cerveau.
Parce que le cerveau, on ne sait pas comment ça marche. Faire miroiter autre chose, quelles qu'en soient les nobles ( ou ignobles) raisons, est une tromperie manifeste.
François-Marie Michaut

11 - 15 avril 2018
Fin du Far-West numérique
Courrier International en fait sa une cette semaine avec le titre « Géants du net, la fête est finie ». Pourquoi le nier, nous avons été emballés comme des enfants par l'idée d'un système de communication autorisant de tout échanger sur la Toile mondiale. Nouveauté technologique sans précédent historique, il nous a fallu expérimenter la valeur de ces « réseaux sociaux». Terme en lui-même trompeur en laissant supposer qu'en publiant n'importe quoi et en brassant très fort, cela ferait naitre «du social», des liens nouveaux entre des personnes éloignées. Naïf enthousiasme, les voyous et les manipulateurs pervers en ont fait leur terrain de jeu.
Que de grandes sociétés aient surfé habilement sur cette vague n'a rien d'étonnant. Mais la révélation du danger de la constitution de gigantesques bases de données sur chacun des utilisateurs en vue de les commercialiser au plus offrant est en train de nous faire changer notre fusil d'épaule.
Puissent nos chantres d'une immense banque de données dans le domaine de la santé, avec la complicité active des soignants, comprendre à quel jeu dangereux ils jouent. Des requins du profit maximum à n'importe quel prix sont en embuscade. Ouvrons les yeux.
François-Marie Michaut

16 - 17 avril 2018
Livres de médecine, où êtes-vous ? LEM 1063
Commenter Aristote et Hippocrate a longtemps été la colonne vertébrale de l'enseignement académique. Et en latin, la langue des intellectuels, s'il vous plait. Puis vint le rouleau compresseur de la pensée scientifique avec ses extraordinaires applications technologiques que nous continuons d'exploiter. Tout cela n'a pu exister depuis 3 siècles, et selon la méthode brillante des encyclopédistes, que grâce à la diffusion de l'écrit. Des comptes rendus, puis des revues et enfin des livres principalement consacrés à la diffusion des enseignements les plus prestigieux. Depuis la deuxième guerre mondiale, l'invasion mondiale de la langue anglaise a fait disparaitre la prolifique presse médicale comme les ouvrages novateurs de langue française. Nous sommes envahis et pervertis par une communication qui est en tout point comparable à celle de nos indispensables notices techniques.
Mort définitive ou réversible grâce au double miracle du numérique et de la percée planétaire inattendue de la francophonie : l'avenir nous le dira.
En attendant, nous laissons la parole à un expert du langage écrit pour nous exposer ses « Livraisons» dans la LEM 1063.
François-Marie Michaut

18 - 19 avril 2018
De sac et de corde
Vieille expression française signifiant qui mérite le pire supplice. Un député du parlement européen a interpellé le 17 avril à Strasbourg le président Macron en tenant à la main un rouleau de cordage vert de piètre qualité. Son objectif : mettre ainsi en boîte un dirigeant qui a utilisé l'image d'un premier de cordée dans un de ses discours. Toujours difficile de savoir de qui rient les rieurs, quand il y en a. Pas inutile de donner un coup de chapeau bien mérité à un certain Roger Frison-Roche, alpiniste, journaliste, écrivain, résistant, élu local autour d'un certain : Premier de cordée, publié en 1941. Un bouquin qui a profondément marqué plusieurs générations, ce n'est pas rien. Rions de nos outrances en n'oubliant pas qu'il existe beaucoup de paroles purement verbales dans nos échanges. Des mots qui n'engagent pas.
François-Marie Michaut

20 - 22 avril 2018
La main invisible du Net
De sérieux nuages sont en train de s'accumuler pour les utilisateurs de ce qui nous est présenté comme des services. Ou des progrès essentiels dans notre vie quotidienne. Pas une semaine sans une annonce sensationnelle de lancement d'un nouveau service, en particulier dans le domaine de ce qui est dit grandiosement de la santé. La philosophe Odile Marcel qui a participé aux débuts de ce site parle fort justement de la technoscience, cet hybride glouton des sciences et des techniques. Pour nous mettre en garde. De toutes parts, on invente et on commercialise le plus vite possible. Avec l'espoir, bien humain, de gagner le mieux possible sa vie.
Certains économistes pensent que la seule régulation possible des échanges est le fait de la main invisible du marché. Et bien, de grands entrepreneurs (tous ?) de l'internet semblent partager cette croyance en une auto-régulation allant magiquement dans le sens d'un perfectionnement des services de la Toile. On a des problèmes avec une technique ? La technique améliorée fournira le remède. Souvenons-nous d'un certain coeur artificiel Carmat dont parlait avec emphase toute la presse en France il y a 10 ans ...
À suivre.
François-Marie Michaut

23 - 24 avril 2018
Télémédecine, un vrai progrès? LEM 1064
Comme des gamins, nous sommes fascinés par les discours des marchands de jouets miraculeux. Les médecins de chair et de sang disparaissent de nos vies.
Tout le monde semble se réjouir sans réserve, tant le battage médiatique est univoque, de la large utilisation de la télémédecine. Il manque pourtant ce qui commence et ce qui termine tout acte médical digne de ce nom : une poignée de main entre deux personnes humaines.
Voici la LEM 1064, dessinée de sa propre main, par Cécile Bour.
François-Marie Michaut

25 - 26 avril 2018
Vous prenez pas ma tension, docteur?
Il y a belle lurette la prise de la pression artérielle était un geste systématique de toute consultation chez un médecin généraliste. Le : «vous avez une tension de jeune fille» avait un pouvoir rassurant quasi magique pour nos anciennes. Inversement, une consultation ne comportant pas ce rite médical laissait un aigre sentiment d'abandon au patient. Baromètre de la santé pour beaucoup de famille avant la déferlante internétique.
Le nombre de sujets actuels ignorant que leur tension pose problème ou qui ont un traitement insuffisant n'aurait-il pas quelque chose à voir avec la disparition accélérée des médecins généralistes en France, tant en ville que dans les campagnes ?
François-Marie Michaut

27 avril - 1er mai 2018
Faire le mai
Surprise un matin de 1er mai. Le tout jeune généraliste que j'étais découvre, sur la place de l'église du village où je venais d'ouvrir mon cabinet, un bric à brac de vieux objets, ferrailles, engins agricoles, carcasses de voitures. Enquête faite, les jeunes du pays durant la nuit avaient « fait le mai». Coutume rurale ancienne pour débarrasser au printemps la communauté de ce qui n'avait plus d'usage.
Finalement, les anciens de la terre n'avaient pas tort. Au lieu d'offrir un brin de muguet ( plante toxique), faire l'effort chaque année de se débarrasser des choses matérielles et intellectuelles qui encombrent inutilement notre environnement professionnel et personnel serait un exercice libérateur. Écologie de l'esprit, pour paraphraser le livre phare de Grégory Bateson en 1972.
François-Marie Michaut

2 - 3 mai 2018
Sans conscience, pas d'intelligence LEM 1065
La robotisation croissante de multiples tâches humaines est à la fois admirable et redoutable. La vieille crainte de l'apprenti sorcier, le conte de Goethe de 1797, n'a pas pris une ride. La publicité dont bénéficie de que nous nommons l'intelligence artificielle mérite d'être passée au microscope critique de nos connaissances de 2018.
Au passage, même si ça choque la majorité des soignants, que notre pensée n'est pas une fabrication de notre cerveau !
Voici la LEM 1065 : Ce que n'est pas l'Intelligence Artificielle.
Bonne lecture.
François-Marie Michaut
----------------------------
Parole des lecteurs
À propos de la LEM 1065 : Ce que n'est pas l'intelligence Artificielle :
Mail de J.G du 2 mai 2018 :
Le scandale de Facebook "révélé" au Congrès américain va-t-il nous réveiller ? Va-t-on finir par voir que ce sont nos propres addictions que nous offrons ingénument à une dictature numérique consentie ?
À une police politique mondiale naïvement acceptée ? Nous leur livrons tout : amis, envies, familles, photos, sexualités, peut-être même des secrets, des aspirations refoulées.... Comment peut-on se mettre ainsi à nu sur la Toile ?
En attendant (?) d'hypothétiques lois de protection, réveillons-nous ! Le Ouaibe est un miroir où d'autres nous observent, espionnent et nous étudient. Mais c'est notre choix ! Rien ne nous y oblige !
JG

4 - 6 mai 2018
Défense de ... respirer
C'est le conseil surréaliste qu'il faudrait donner aux lecteurs du rapport de l'OMS sur la pollution de l'air. Source : Le Monde du 2 mai 2018.
Juste 7 millions de mort par an : la population de la Serbie rayée de la carte du monde. Faute d'un comburant de qualité pour neuf terriens sur dix, vers quel avenir courrons-nous, juste pour que nos vitales combustions se réalisent ?
Ce sont les pays les plus riches, Suède largement en tête, qui peuvent s'offrir l'air le moins malsain. Et, sans surprise, la Chine et l'Inde, suivis par l'Afrique sont les plus touchés. Une médecine planétaire de l'air va-t-elle s'imposer ?
François-Marie Michaut

7 - 8 mai 2018
Centrifugeuse LEM 1066
Il est des moments où le monde qui nous entoure semble soumis à des convulsions incessantes. Et nous avec. Le risque de nous faire phagocyter par le tourbillon des actualités est fort. Remède ? Il ne date pas d'hier, mais fonctionne toujours aussi bien, Il porte un nom : la poésie.
Voici la LEM 1066 de Jacques Grieu : AGITATION. Salvatrice lecture.
François-Marie Michaut

9 - 13 mai 2018
Société dysmédicalisée
La presse vient de nous en informer. La France n'a jamais compté autant de médecins que maintenant. Coup de canif au spectre pas rassurant du tout des déserts médicaux ? Point du tout, car la population des généralistes, de plus en plus âgés, est en voie de disparition rapide, au bénéfice d'une foule de spécialistes cherchant à devenir salariés. En laissant agir sans réfléchir la seule loi de l'offre et de la demande dans l'hôpital public disposant du monopole de la formation des médecins en France, on est arrivé à cette intenable situation. Le débat doit être ouvert sans plus de détour que celui sur les chemins de fer ou les avions de ligne. Faut-il faire disparaitre parce que devenue dépassée, donc inutile, la profession de médecin généraliste ? Un bon petit referendum populaire pour sortir de «l'entre soi» en guise de conclusion, chiche ?
François-Marie Michaut

14 - 15 mai 2018
Savoir ne pas savoir LEM 1067
Les messages publicitaires télévisés à flux continu pour nous inciter à consommer de multiples médicaments n'y sont certainement pas pour rien. Un simple médicament contre la douleur ou la fièvre n'est jamais anodin pour tout le monde. Les professionnels le savent. Le grand public peut fort bien ne pas le savoir ni même en soupçonner le risque.
Illustration en image, et avec le secours de Fénelon, avec la LEM 1067 de Cécile Bour Autotoxicité. Bonne lecture à chacun.
François-Marie Michaut
----------------------------
Parole des lecteurs
À propos de la LEM 1067 : Autotoxicité
Mail de APJ du 14 mai 2018 :
Je suis effaré,mais depuis longtemps, de l'ignorance d'une grande majorité de personne, étant donné mon métier entrainant l'approche et les confidences de beaucoup de gens.
Oui les labos ont de beaux jours devant eux ! Quant aux médecins qui en bénéficient, n'en parlons pas.
Que faut il faire?
Armand-Paul
FMM :
Ce que fait A-P : ne pas rester muet devant cette inculture qui n'épargne pas les gens supposés les plus instruits parce que les plus diplômés.
Quand il existait encore des médecins généralistes en France libres d'exercer leur métier comme ils le sentaient, ils se faisaient un devoir de remettre à l'heure les pendules mal réglées.

16 - 17 mai 2018
Former à l'émotion
Réponse pavlovienne du ministère à une lamentable affaire de refus de prendre en compte une demande vitale d'assistance médicale : il faut mieux former les agents hospitaliers chargés de recevoir les appels téléphoniques d'urgence. Mettre en place des techniques plus fines d'analyse et des contrôles plus pertinents, personne ne peut s'y opposer. Seul hic, c'est insuffisant. La dimension émotionnelle de toute relation humaine est un élément majeur. Elle est intraduisible en chiffres, en courbes ou en règles de conduite à tenir. Elle n'est mesurable par aucun appareil, et faute d'algorithme possible elle ne peut être produite par aucune machine. Elle n'a rien à voir avec la seule logique. Sans émotion, a-t-on le droit de parler d'intelligence ? Peut-on même évoquer la conscience ou la compétence ? Quelle boîte de Pandore avons-nous ouverte en enlevant aux médecins généralistes la responsabilité de gérer les urgences de leurs patients dans leur secteur géographique ?
François-Marie Michaut

18 - 20 mai 2018
De la justice dans l'air
C'est devant la Cour de justice de l'Union européenne que doit comparaitre la France pour ne pas avoir respecté les normes de 2008 sur la qualité de l'air ( source : LE MONDE du 17 mai 2018). Les commentateurs adorent qualifier le moindre bobo de «problème de santé publique». Là il s'agirait de la mort annuelle de 500 000 personnes en Europe, dont 48 000 pour la France. Pour mémoire, les accidents de la route ont couté la vie en 2017 dans notre pays à 3 693 personnes ( Observatoire interministériel de la sécurité routière ).
Autant qu'on sache ce qui pourra bien se révéler dans quelques années, notamment avec les effets chroniques des nanoparticules inhalées dont on ignore presque tout.
«Ah laissez-moi respirer...» chantait la Castafiora des albums de Tintin. Si pouvoir public veut encore dire quelque chose, il est urgent de le prouver avant que nous soyons tous asphyxiés.
François-Marie Michaut

21 - 23 mai 2018
Plus que l'ombre d'un doute LEM 1068
Notre camarade Descartes a bien tenté de nous faire rentrer dans la tête l'importance de la notion de doute dans le fonctionnement de notre pensée. Avec un succès, soyons optimistes, partiel. C'est le temps des certitudes qui est sur la sellette de la LEM 1068 : Cernons nos incertitudes. Bonne lecture, critique comme il se doit.
François-Marie Michaut

24 - 27 mai 2018
Chiffrer sans oublier de déchiffrer
Rien de plus dépourvu de toute dimension émotionnelle qu'un chiffre. Rêve rationnel jamais abouti de mettre dans le bain numérique tout ce que nous voudrions rigoureux ou même scientifique. Thomas Mesnier, médecin et député, affirme dans un rapport public que 43% des personnes s'adressant aux services hospitaliers d'urgence peuvent tout à fait être soignés par les médecins généralistes. La précision du chiffre peut impressionner les foules. Qui est capable de faire un tel calcul ? La médecine générale ne fait l'objet d'aucun enseignement pour nos confrères hospitaliers. Sur quels critères peuvent-ils alors décider de la pertinence du recours à un métier qu'ils ne connaissent pas ?
Inversement, peut-on avoir une idée des effets pervers, le nocebo n'est pas un mirage, sur les malades de passer sans nécessité entre les mains des urgentistes ?
Cessons de nous saouler de chiffrages, d'échelles de graduation des symptômes comme des fins en soi. Notre boulot de soignant, toutes disciplines mélangées, demeure toujours de déchiffrer ce qui se cache derrière tous les symptômes de dysfonctionnement.
François-Marie Michaut
----------------------------
Parole des lecteurs
À propos de la LEM 1068 : Cernons nos incertitudes
- Mail de Jacques Grieu du 21 mai 2018 :
C'est vrai pour toute science et particulièrement pour celle qui les synthétise toutes : l'astronomie.
La perception qu'on a de notre univers n'a cessé de se modifier depuis 5000 ans. Et elle change encore tous les mois à travers de nouvelles observations ou théories.
Les astronomes, eux, sont donc les mieux placés pour savoir qu'ils ne savent rien. Mais que c'est ce doute permanent qui les fait avancer. Celui qui ne sait rien, il ne doute de rien,
Mais penser fait douter, tout sage le sait bien.

Voir la LEM 1022 Cent doutes
Amitiés JG

- Mail de Ph. D. du 22 mai 2018 :
Cela peut se résumer en une ancienne formule : -- errare humanum est --.

- Mail de J.G. du 23 mai 2018 :
Incertitude, doute.... J'ai déjà écrit dernièrement 2 poèmes sur ces sujets !!! Profond, intensif, difficile....
Merci pour ce que j'ai reçu; à prendre au sérieux et y réfléchir....
Merci François Marie
Juliette

28 - 29 mai 2018
Rétrospection LEM 1069
Les archives écrites, c'est bien. Les mémoires numériques, c'est devenu un outil indispensable. Remèdes imparables contre l'oubli. Mais que faisons-nous, nous les humains avec notre capacité stupéfiante de remodeler ce qui nous est arrivé ? La médecine ne prend guère en compte que les déficits aigus ou chroniques des affections touchant le système neuro-encéphalique. Les amnésies.
Les scientifiques demeurent muets sur notre façon de regarder vers notre passé. La poésie de Jacques Grieu ne craint pas de monter au créneau avec la LEM 1069 : REGRETTITUDES ? pour stimuler et alimenter nos esprits.
François-Marie Michaut

30 - 31 mai 2018
La clope et les clopinettes
L'image symbolique du fumeur de cigarettes a explosé depuis le premier conflit mondial. Le cinéma en a été un puissant catalyseur. Selon Santé publique France, autrement dit le Ministère de la santé, la consommation de tabac en France diminue de façon considérable. De là à pousser un cri de victoire sur le succès des actions de prévention des pouvoirs publics, il n'y a qu'un pas. Immédiatement franchi, bardée de chiffres à l'appui. Et si le tabagisme - comme le furent naguère l'usage de la chique ou de la prise du tabac, était en train de passer de mode, les fumeurs donnant une image de marque de moins en moins valorisante pour les plus jeunes ? Par quoi est remplacée la béquille calmante et stimulante de l'herbe à Nicot ? Autrement dit, le bonheur général pour tous n'étant pas d'actualité, quelle mode remplace discrètement, mais pas forcément sans risque pour chacun, notre brave vieille drogue nationale dont l'Etat a conservé si longtemps, avec celui des allumettes, le monopole total ?
La réalité a une force et une détermination à côté de laquelle celle des réformateurs de bureau n'est que... des clopinettes. Se vanter de diriger les comportements n'est qu'un dérisoire écran de fumée
François-Marie Michaut

1 - 3 juin 2018
Vent irlandais
Surprise : la vénérable et viscéralement catholique Irlande indépendante a voté massivement pour que les femmes puissent légalement mettre fin à une grossesse non souhaitée. A chacun de se faire sa propre idée sur ce qui a pu rendre possible ce bouleversement imprévu des mentalités, mais cet évènement s'est produit.
Les cousins britanniques de l'Irlande du Nord, confrontés à une législation très restrictive, ne cachent pas qu'ils voudraient bien disposer de la même liberté pour eux-mêmes. Source : Courrier International du 30 mai 2018.
François-Marie Michaut

4 - 5 juin 2018
Lieu d'échange LEM 1070
Rien de moins humain qu'un couloir d'hôpital soigneusement standardisé. Sauf quand un témoin attentif capte ce qui se passe sans un mot quand deux regards se croisent. C'est le sujet du dessin de Cécile Bour dans la LEM 1070 : Émotions hospitalières.
Sans limite d'âge, prescription médicale ni vente en pharmacie, peut être consommé sans modération.
François-Marie Michaut

6 - 7 juin 2018
Caméras sécurisantes ?
Violences dans les services hospitaliers d'urgence, avec la publicité médiatique, la tolérance des soignants exposés s'effondre. Les responsables administratifs répondent par un dispositif purement technique : l'installation de nouveaux systèmes de télésurveillance. Comme si l'oeil de la caméra pouvait avoir un effet calmant quand la tension pychologique est devenue telle que survient un passage à l'acte.
Si on disait la vérité. Si on se la disait à soi, si on en parlait dans les écoles, si on ne racontait plus d'histoires dans les formations. L'hôpital, quelle que soient les bonnes volontés, et elles sont multiples, est un milieu violent. Violence des accidents, violences des souffrances, violence des maladies explosant des vies, des couples et des familles, violence des examens et des interventions, violence des contraintes, violence de ce qui est compris des paroles comme des silences de ceux dont on attend le salut.
Et le tout avec la présence constante de la peur suprême : celle de la mort. La sienne et celle des siens.
François-Marie Michaut

8 - 10 juin 2018
Démence
Etrange francisation du latin de mens : qui a perdu l'esprit. Ce sont les neuropsychiatres du 19 ème siècle qui ont banalisé ce mot, à partir de leurs brillantes descriptions cliniques comparées aux observations anatomopathologiques de leurs autopsies.
Le mot, avec sa connotation peu flatteuse pour l'ego médical d'incurabilité, est tombé en désuétude. Même si on dit moins retomber en enfance ou perdre la tête, la réalité de ce type de maladie n'est pas évitable. Un nom il y a peu inconnu du public en est devenu, pour sa découverte en 1906 d'une forme particulière, la célèbre et crainte vedette populaire : Alzheimer. Pauvre Aloisius le trop tôt né, même pas un centime de droit d'auteur !
François-Marie Michaut
----------------------------
Parole des lecteurs
Mail de Xavier G. du 9 juin 2018 en réponse à Démence
Coup d'Oeil du 8 juin 2018 :
La notion de possession ou d'envoûtement par une puissance/personne malveillante est toujours d'actualité dans tous les pays du monde. Finalement, c'est pas idiot pour les familles de tout mettre sur le dos de monsieur Alzheimer. Pour les médecins le poids de notre ignorance entrainant notre impuissance.

11 - 12 juin 2018
Respectueusement, ne pas respecter LEM 1071
Tous issus du même moule mental de nos années d'études, nous avons été conditionnés au respect des disciplines transmises par le système scolaire. Au point d'avoir perdu toute possibilité de remise en question. Que le folklore commémoratif de 1968 ne fasse pas illusion, rien n'a encore vraiment bougé. Osons aller chatouiller les frontières bien bétonnées qui entourent nos origines comme notre réalité présente avec la LEM 1071 : Médecine et métaphysique.
François-Marie Michaut

13 - 14 juin 2018
Prévisibilité bafouée
Avec la rencontre sous les caméras entre Trump et Kim Un, la réalité envoie un pied de nez aux savants experts chargés de lire dans le marc de café de l'avenir. L'analyse la plus poussée des relations entre les USA et la Corée du Nord a bien été incapable de dire que ce rapprochement pouvait se produire. Pourquoi ? Parce que nous ne savons pas sortir de la causalité linéaire. S'il y a le fait A plus le fait B, on aboutit immanquablement à la situation C. Deux plus trois font toujours cinq sur le papier. Dans la vraie vie, tabagisme + obésité + alcoolisme ne nous condamne pas à une vie plus brève que celle de notre voisin d'une sobriété de camélidé.
Et si les extrêmes opposés finissaient toujours par trouver tôt ou tard une alliance ? La biologie nous obligeant par sa complexité à sortir de la causalité linéaire ne manque pas d'exemples de cette «union des opposites» familière à toutes les traditions spirituelles préscientifiques.
François-Marie Michaut

15 - 17 juin 2018
Juteuses assurances
Curiosité française : dites complémentaires d'une assurance maladie unique obligatoire de moins en moins intégrale, ces dépenses devenues indispensables pour accéder aux soins plombent le budget des ménages. Le dernier rapport publié par l'Union française des consommateurs- Que choisir dénonce une augmentation considérable des cotisations, accompagnée d'une explosion de ce qui est pudiquement nommé les frais de gestion. Parasitisme systémique opportuniste, les organismes financiers sous le couvert de la noble mutualité, savent en faire leurs choux gras à nos dépens, au sens premier du mot. Comme pour le Danemark d'Hamlet, y aurait-il dans ce royaume (d'argent) quelque chose de pourri ?
François-Marie Michaut