www.exmed.org

Accéder à tous nos coups d'oeil parus depuis 2002

L'année exmed 2019

Voici les coups d'oeil de janvier 2019 déjà parus sur le site  exmed :

23 - 24 janvier 2019
Une faim sans fin
C'est ce qu'annonce le très respecté Lancet du 16 janvier 2019 sous la plume de Richard Horton (MD), son rédacteur en chef. Le défi est de nourrir sainement une humanité de dix milliards de personnes en 2050 sans détruire les ressources environnementales de la planète. C'est encore possible, dit le Quotidien du Médecin du 19 janvier 2019 interrogeant le docteur Fabrice DeClerk (GIARC). À condition de réduire de moitié notre gaspillage alimentaire, de diviser de 50% notre consommation de viande rouge tout en doublant l'ingestion de légumes, graines et fruits.
Un message si simple, capable de sauver notre espèce humaine en péril si nous restons inertes, mériterait plus que tant d'autres d'être diffusé sans modération. À chacun de s'en faire le messager autour de lui s'il estime qu'une telle attitude de prévention doit être ou ignorée ou largement diffusée.
François-Marie Michaut
----------------------------
Parole des lecteurs
Réponse à Une faim sans fin, CO du 23-24 janvier 2019
Bonjour, Bravo : Article bref mais ô combien d'actualité. Pour ma part j'ai testé la réduction de consommation de viande depuis 3 ans. Ovovégétarien, je confirme que la prise d'oeufs en plus des légumineuses m'a maintenu en vie et ce, sans frustration ! Donc c'est un faux problème le soucis de ne pas réussir à nourrir l'humanité. Posons-nous plutôt la question : quid de la répartition de la nourriture ? Hasard du calendrier, le Forum de Davos... il paraît qu'ils ont réduit la taille des assiettes lors des cocktails pour éviter le gaspillage... Dixit France culture dans le journal de 8H du 21.01.2019. Sans parler du partage des richesses : https://www.francetvinfo.fr/economie/crise/video-rapport-oxfam-26-milliardaires-ont-autant-d-argent-que-la-moitie-de-l-humanite_3157147.html
Toujours un plaisir de lire Exmed
Dominique Ramarlah


21 - 22 janvier 2019
C'est ce qu'on veut ? LEM 1103
Nos discours, en médecine comme partout, ne cessent de parler de développement, d'évolution, de plans, de mesures, d'innovation, de création et même de progrès.
Quelle idée exponentielle de notre avenir avons nous derrière la tête ? Jacques Grieu, une fois n'est pas coutume, dans la LEM 1103 Machine à penser, nous en propose une figuration graphique sans appel.
En l'absence ici de toute «machine à penser», une reproduction ou diffusion impose l'autorisation de l'auteur.
François-Marie Michaut

18 - 20 janvier 2019
Règne de l'injonction paradoxale
Nous devons faire des économies parce que nous dépensons trop d'argent pour nous soigner nous est-il entré dans la tête. En même temps, pas une journée où ne soient multipliées des incitations à aller chez le médecin se faire examiner, dépister, vacciner, traiter à titre préventif en agitant le principe de précaution. Des systèmes d'assurance maladie en déficit, des hôpitaux surchargés au delà du tolérable, des cabinets médicaux désertés ou incapables de répondre aux demandes des usagers. Qui peut s'en étonner quand on court en même temps après une chose et son contraire ?
«Le seul mauvais choix est l'absence de choix.» Amélie Nothomb, romancière.
François-Marie Michaut

16 - 17 janvier 2019
Bientôt tous hypochondriaques
Étrange dénomination savante de ce que Molière qualifiait sans détour « Le malade imaginaire». Mystérieuse souffrance dont le siège serait dans l'abdomen sous le cartilage des dernières côtes. Ce qui est faux, mais on n'en sait pas plus en médecine.
La propagande entourant toutes les questions touchant à nos histoires de maladie est un harcèlement psychologique modifiant la perception que nous pouvons avoir de notre propre corps et de sa vulnérabilité. Tout se passe comme si nous avions fabriqué une machine à produire des humains conditionnés à alimenter passivement toutes les usines de l'inépuisable, et plus que tout autre profitable, marché-de-la-santé.
Et on se laisse faire quand on se sait pas, et on laisse faire sans rien dire quand on sait ? Bien malade, notre société.
François-Marie Michaut
----------------------------
Parole des lecteurs
Réponse à la LEM 1012 : Débat de civilisation
- Le vent de révolte des sociétés contre leurs responsables n'est pas un phénomène franco-français, vous avez raison. Le "grand débat national " commence. Avec un défaut majeur : celui de nous obliger à penser que nous n'avons à faire qu'à une situation politique nationale. Sous entendu trompeur: si nous trouvons de solutions matérielles à ce qui ne va pas, tout ira bien.
Echec ou succès en France, la mise en question de notre boussole culturelle dominante ne peut que franchir les frontières et les continents. Des détonateurs malgré nous, et toutes nos contradictions.
MBA, 15 janvier 2018

- A quel admirable degré de détachement des choses matérielles es-tu parvenu, Lecteur invisible, que tu ne manifestes rien ( sauf MBA) quand tu as lu la LEM " Débat de civilisation" ?
La longue histoire humaine que nous avons le pouvoir matériel d'interrompre si nous ne changeons pas immédiatement de logiciel mental, c'est " un détail" pour nous ? Je dois être bien à part. Pour moi, non.
F-M Michaut auteur de la LEM 1012 www.exmed.org/archives19/circu1012.html

Réponse au CO Bientôt tous hypochondriaques 16-17/01
N'étant pas médecin je vais peut-être dire une bêtise, mais il me semble que certains troubles physiologiques ou métaboliques inhérents au vieillissement, donc naturels même s'ils ne surviennent pas au même âge chez tout le monde, sont considérées de nos jours comme des "maladies" alors qu'ils ne sont que la manifestation de l'usure naturelle du corps... du coup le symptôme devient une maladie à part entière, notion de "maladie" qui implique de devoir "se soigner" à tout prix... c'est le cas de le dire car les traitements de type compléments alimentaires, ou alicaments, sont chers!
Évidemment ça ouvre des portes royales aux labos qui ne cessent de mettre sur le marché de nouveaux produits (aussi peu actifs, voir inefficaces, les uns que les autres) en promettant le miracle.
j'ai pris conscience de cela avec ma mère (88 ans) qui s'est laissée avoir par un "nouveau médicament" (terme qu'elle a elle-même employé) sensé faire disparaître comme par magie les douleurs arthrosiques et rhumatismales... je l'ai laissée faire en fondant mes espoirs sur l'effet pacebo, et sa déception fut grande de constater qu'elle n'était pas soulagée et qu'elle avait donc dépensé ses sous pour rien.
enfin, j'explique mal ce que je veux dire, mais c'est un ressenti vis à vis des compléments alimentaires qui inondent les pharmacies... l'idée que l'on créé des maladies dans un but commercial.
en ce sens, le vieillissement qui s'accroît est une mine d'or pour les labos, et les gens âgés, souffrants et/ou en baisse d'esprit critique, de bons clients à plumer !
Odette T. 16 janvier 2019

14 - 15 janvier 2019
Systémoscopie LEM 1102
Votre dictionnaire, comme mon correcteur orthographique numérique, ont raison, le mot systémoscopie n'existe pas ... encore. Prendre la mesure d'une situation en raisonnant en terme de système n'a rien d'impossible.
Tentons ensemble de nous faire une idée de sa pertinence et de ses potentialités avec la LEM 1102. Son titre, qui ne se veut ni polémique ni partisan, même s'il a un rapport direct avec l'actualité en France, est : « Débat de civilisation » .
Texte un peu plus long à lire que d'habitude, je n'ai pas pu en condenser davantage le contenu.
C'est le numéro 3 des Feuillets de Systémique Médicale d'Exmed.
François-Marie Michaut

11 - 13 janvier 2019
Biscuits scientifiques pour tout débat
La bataille des idées n'est pas une aimable plaisanterie juste pour manipuler nos inépuisables crédulités ou calmer les échauffements d'humeur. Elle doit, pour être solidement argumentée, prendre en compte quelques propositions décoiffantes sur la réalité du réel toutes défendues par de grands physiciens. « Le futur est déjà réalisé (Einstein). Le futur influence le présent (Costa de Beauregard, Nielsen et Ninomiya). Le futur est multiple ( Everett). Nous avons un libre-arbitre authentique (Conway et Kochen). Notre observation influence la réalité (Wigner, Penrose) .» Source : La Route du temps, Philippe Guillemant , 2014, P.126-133.
Négliger les apports de la science est se priver d'une béquille mentale indispensable. La médecine peut en témoigner.
François-Marie Michaut
----------------------------
Parole des lecteurs
Réponse au CO Violence : viol ( 9-10 janvier 2019)
- Cette dynamique de la violence semble échapper à certains. Je crois qu'il est de bon ton d'être du côté des forts. C'est peut-être le seul moyen d'être épargné. Momentanément toutefois...
F.C, mail du 9 janvier 2019
L'auteur répond :
- La violence, sous toutes ses formes, est hautement contagieuse. Vouloir être" du côté des forts", FC, est signifier sans masque qu'on partage la même violence. Et qu'on croit lutter contre la violence par la violence encore plus forte elle-même.
Si c'est "de bon ton" , vivent ceux qui détonnent en cherchant à comprendre les choses.
FMM

9 - 10 janvier 2019
Violence / viol
La parenté entre les deux mots saute aux yeux. Utiliser la force pour contraindre l'autre à faire ce qu'il ne veut pas faire, sexe ou pas sexe, physiquement ou moralement, on parle de la même chose en terme systémique. Utiliser la violence pour dominer l'autre, c'est aussi mettre en route une dynamique automatique de retour qu'elle se nomme haine ou vengeance dont le violent est toujours, au final, la victime.
Pour ceux qui ne craignent pas de lire, un éclairage anthropologique plus large s'impose. Le livre de René Girard : La violence et le sacré. Commenté ici.
François-Marie Michaut

7 - 8 janvier 2019
Guirlande lumineuse LEM 1101
Miracle annuel : la nuit diminue, le jour augmente. C'est bon pour notre corps, c'est vital pour notre esprit . Les festivités de saison célébrées depuis toujours ne s'y trompent pas. Alors, photons ou pas, un coup de projecteur poétique sur cette toujours mystérieuse lumière avec la LEM 1101 de Jacques Grieu BRILLANTAGES BRILLANCES.
François-Marie Michaut

3 - 6 janvier 2019
Les deux solutions
Dans ses voeux à la France, Emmanuel Macron n'a pas oublié de mentionner les médecins et les déserts médicaux. C'est inédit mais il faut dire qu'il y a plusieurs dossiers épineux. La logique gouvernementale a toujours répondu de façon pavlovienne au surgissement de tout problème par la fabrication instantanée de mesures. Solution comme celle qu'impose à l'école tout problème de mathématiques.
C'est ne pas tenir compte de ce que nous montrent les sciences physiques. Une solution est le mélange d'un corps quelconque dans un liquide solvant. Dissoudre quelque chose qui gène ou nuit, c'est une façon de balayer la poussière sous le tapis.
Alors quelle est la solution à cette diplopie ? Oser prendre le temps indispensable pour comprendre, dans toute leur complexité et leurs retombées, les facteurs qui ont conduit à ce qu'on veut changer. Le faire pour faire ( ou pire encore pour plaire) en demeurant factuel avec l'illusion d'être plus efficace est une maladie aux redoutables conséquences. Savoir d'abord avant toute action est la seule vaccination possible.
François-Marie Michaut

31 décembre 2018 - 2 janvier 2019
Les intentions méritent notre attention, LEM 1100
Juste aller regarder ce qu'il peut bien y avoir derrière la tradition de l'échanges de voeux pour le premier jour de chaque année. Le parti pris habituel ici de passer à la moulinette systémique tout ce qui nous entoure nous y invite.
Finalement la LEM 1100 : Voeux, illusoires ou productifs risque bien d'ouvrir une fenêtre surprenante sur la dimension non pas irrationnelle mais scientifique des voeux.
Dans cette hypothèse, voyez-vous quelque inconvénient à ce que, visiteurs de ce site, nous nous souhaitions mutuellement une bonne année 2019 ?
Juste à titre d'information, en date du 30 décembre, le site Exmed a reçu 108469 visites en 2018 et a enregistré 441695 pages consultées. Les nains du vivant, c'est nous. La masse de carbone de nos cellules, indicateur de la biomasse planétaire, est formelle. Selon Gary Dagorn ( Le Monde.fr du 21 décembre 2018 , ), homo sapiens, est de loin, avec son 0,011% de la biomasse, le dernier du classement. Loin derrière les plantes (81,97%), les malfamées bactéries (12,75%), les inquiétants champignons (2,19%) et mêmes les redoutés virus (0,04%). De quoi dégonfler l'image que nous avons de notre importance planétaire.
Sauf en matière de capacité de destruction du vivant où nous sommes les dominants absolus. Oui, là,nous les nains, sommes au plus haut. Progrès considérable pour notre survie : nous commençons juste à en avoir pleine conscience.
François-Marie Michaut