www.exmed.org

Accéder à tous nos coups d'oeil parus depuis 2002

L'année exmed 2018

Voici les coups d'oeil de juillet, août et septembre 2018 déjà parus sur le site  exmed


29 juin - 1er juillet 2018
L'arrêt de travail est un soin médical
L'Assurance-maladie obligatoire et unique en France est en colère. Depuis 2014, le nombre des indemnités journalières qu'elle verse à ses assujettis ne cesse d'augmenter. Ça coûte trop cher, faut y remédier. Comptablement parlant, cette position se défend. S'en prendre aux médecins prescripteurs, vivement taxés de complaisance aux demandes abusives des assurés, est un aveu d'incompréhension de leur travail médical.
Soustraire une personne aux contraintes liées à son activité professionnelle est une décision thérapeutique. cela fait partie intégrante d'un traitement. Sait-on qu'il faut parfois se battre avec certains pour qu'ils se reposent ? Sait-on que tout médecin, sans le crier sur les toits, fait tout ce qu'il peut pour que d'autres reprennent une activité professionnelle qui peut les aider à aller mieux ?
Alors, au lieu de se mêler du travail des praticiens auquel on ne comprend rien, ne serait-il pas infiniment plus intelligent de s'occuper sérieusement de rendre le monde du travail moins nuisible à la meilleure santé possible des travailleurs ? Le boulot-bobo-hosto, quel programme de vie enthousiasmant !
François-Marie Michaut

2 - 3 juillet 2018
Esprit LEM 1074
Le vieux Blaise Pascal aimait bien différencier l'esprit géométrique et l'esprit de synthèse. Les adeptes des tables tournantes sont pour la question : «esprit es-tu là ?». Les classes terminales non techniques de nos lycées sont dites scientifiques - les plus cotées- ou littéraires.
Les écrits médicaux ne soulèvent même pas ce que peut signifier la notion d'esprit. La LEM 1074 prend le risque du ridicule en enfreignant ce non dit. Bonne lecture aux audacieux.
François-Marie Michaut

4 - 5 juillet 2018
Moins bien tu roules
Toucher à notre sacro-sainte voiture est dramatiquement vécu par un grand nombre de Français. La récente réduction de 90 à 80 kilomètres heure en dehors des voies rapides en est une illustration. Les bénéfices annoncés, y compris les morts en moins et une moindre consommation des véhicules, ne sont pas jugés convaincants.
Juste pour se dérider, une simple observation logique. Plus la route est encombrée, comme autour de nos résidences urbaines périphériques, plus diminue le temps de trajet où la vitesse autorisée par la loi est simplement possible. Inversement, sur des routes désertes ou presque, la moyenne est plus sérieusement amputée.
- Moins bien tu roules, moins de temps tu perds.
- Mieux tu roules, plus de temps tu perds.
François-Marie Michaut

6 - 8 juillet 2018
Confraternité, quesaco?
Le code de déontologie médicale en France a conservé, dans ses règles s'imposant à tous, la notion de confraternité. De quoi s'agit-il en vérité ? Organiser une loi du silence sur le modèle des sociétés secrètes ou des mafias ? Laisser croire que chez nous tout le monde se comporte de la même façon, et pire encore, partage les mêmes manières de juger les choses et les gens ? Museler les tentatives de sortir des clous de l'habitude et du consensus des esprits des fortes têtes et autres illuminés d'entre nous ? Faire en sorte qu'il ne puisse y avoir aucun débat d'idées en dehors des sociétés savantes et autres organismes de recherche ? Qu'on s'interdit d'attaquer les personnes en cas de divergence d'idée ?<
Difficile de le savoir. Si Paris valait bien une messe pour Henri IV, la médecine de 2018 mériterait bien que soit contradictoirement défini ce que confraternité veut dire.
François-Marie Michaut

9 - 10 juillet 2018
Quantitatif LEM 1075
Fichue manie que nous avons de compter et de calibrer chaque chose en espérant ainsi en avoir une meilleure connaissance. Heureusement les mots sont là, délicieusement malicieux, quand on sait leur faire dire plusieurs choses à la fois. Autant le sens unique dans nos voies de circulation routières s'impose, autant il devient dangereux dans nos échanges quotidiens avec les autres. Comme avec nous-mêmes! Traducteurs automatiques, vous voilà largués.
Alors pour le plaisir des neurones, une petite LEM n° 1075 de Jacques Grieu : ÉNORMÉMENT peu et beaucoup.
François-Marie Michaut

11 - 12 juillet 2018
Iatropathologie
Mot savant pour désigner une réalité qui ne fait plaisir ni aux médecins, ni aux pharmaciens, ni à l'industrie chimique. La prise de médicaments, outre ses bénéfices précieux quand tout se passe bien, n'est jamais totalement anodine, ni sans danger grave. Luc Périno y consacre sur son blog son « humeur du 09/07/2018 ». Lien: https://lucperino.com/584/le-medecin-expert-de-demain.html
Il y aurait pour cette cause, selon Marie Allier ( site ouvertures.net) entre 13 000 et 45 OOO morts par an en France. Juste pour fixer les ordres de grandeur, l'alcoolisme tue chez nous environ 30 000 sujets chaque année.
La désescalade thérapeutique, exercice très difficile, devrait faire, tôt ou tard, partie de la formation des praticiens. La responsabilité de chaque personne qui vante un traitement ( ou fait tout pour sa disparition ) y compris sur Internet ou les réseaux virtuels, est engagée. D'abord ne pas nuire, ne concerne pas que les médecins.
François-Marie Michaut

13 - 15 juillet 2018
Y a comme un os
En France, jérémiades médiatiques redondantes sur le phénomène dit, par des gens ne sachant pas ce que désert veut dire, de désertification médicale. Échecs à répétition des mesures purement matérielles pour attirer de nouveaux praticiens travaillant individuellement.
Dans le même pays, les médecins fonctionnaires des hôpitaux publics connaissent une désaffection sans précédent. 27,5 % des postes ne sont pas pourvus. Source : Le Quotidien du médecin du 11 juillet 2018.
Ici encore, les jeunes médecins veulent de plus en plus être salariés pour exercer leur métier.
Est-il raisonnable de continuer à vouloir faire perdurer un système produisant de telles situations ?
François-Marie Michaut

16 - 17 juillet 2018
Injonction paradoxale LEM 1076
Curieuse façon de communiquer avec une autre personne repérée par les psychiatres systémiciens. Exprimer en même temps un message et son contraire. Le cabinet médical n'est pas à l'abri de cette communication hautement destabilisante. C'est ce qu'illustre en un dessin la LEM 1076 de Cécile Bour.
François-Marie Michaut
Dernière minute : la rédaction a pris bonne note du résultat de la coupe du monde de foot-ball le 15 juillet 2018 et met en chantier sa lecture décalée de l'évènement.

18 - 19 juillet 2018
Le  mot champion
Hurlé, chanté par des foules joyeuses en France, déguisées, grisées, drapeaux tricolores agités, que veut bien dire le mot champion ? Il nous vient en droite ligne du Moyen-Âge chevaleresque et de ses tournois. Un champion, c'est celui qui combat avec son cheval et son armure dans un champ clos. Donc, ou vainqueur, ou vaincu, selon à qui la gente dame lance son mouchoir.
N'y a-t-il pas également une contradiction entre le champ bien fermé des lices médiévales et le globe terrestre tout entier dans la dénomination de champion du monde ?
Une question de taille surgit. La réalité célébrée s'arrête-t-elle aux portes du stade, ou symbolise-t-elle infiniment plus que la dispute avec les pieds pour un unique ballon de 22 garçons en culotte courte ? La réponse de nos penseurs de service et récupérateurs habiles est à suivre de près.
François-Marie Michaut

20 - 22 juillet 2018
La force de leur joie de vivre
Observer les réalités de l'extérieur est précieux pour ceux qui sont à l'intérieur. Méthode évidente en cas de maladie. Michaela Wieger du « Frankfuter Allgemeine Zeitung» dans LE MONDE du 18 juillet 2018 livre ce diagnostic surprenant : Coupe du monde 2018 : « Les Français montrent la force de leur joie de vivre» .
Pour nous qui avons l'habitude de cultiver partout un discours de pessimisme blasé à propos de tout et de tous, quelle surprise inattendue. La force, l'énergie de notre joie de vivre - et pas l'adoration du seul dieu Sport - est en nous. Et nous ne le savons pas ! Allons-nous la faire disparaitre parce qu'elle perturbe nos croyances, ou allons-nous, enfin, faire confiance en nous-mêmes ? En regardant en face la réalité de toutes nos imperfections.
François-Marie Michaut

23 - 24 juillet 2018
Ne pas s'en remettre LEM 1077
L'un des reproches habituels adressé aux médias d'information est leur incapacité à approfondir leur analyse. Un événement nouveau, jugé de nature à intéresser le public, fait passer le précédent à la trappe de l'oubli. Offrons-nous ici le luxe de rester dans la foulée de cette Coupe mondiale de Football de 2018 qui a été regardée à la télévision par plus d'un milliard de terriens. Pour tenter d'aller plus loin que l'anecdotique, voici la LEM 1077 : Rien moins qu'un nouveau droit.
Faut-il rappeler que la règle sur ce site est que chacun est invité à donner son avis personnel ?
François-Marie Michaut

25 - 26 juillet 2018
Choix paradoxal
Un homme proche de l'Élysée filmé en train de molester deux personnes dans la rue : il n'en faut pas plus, en France, pour en faire une affaire d'État. Le prénom choisi pour masquer sa culture marocaine ancestrale est celui d'Alexandre. Diagnostiquer son origine n'est pas sans intérêt. Il est né en Grèce de la conjonction du verbe défendre et du terme homme, au sens de mâle. Libre à chacun de se lancer dans son interprétation.
François-Marie Michaut

27 - 29 juillet 2018
Chaud devant
Grandes chaleurs du Japon à la Suède et à l'Europe de l'ouest, incendies ravageurs et organismes humains et animaux - on les oublie- en souffrance. Invocations à un réchauffement de nos climats attribué, sans nuances, à nos activités humaines. Toujours comme si nous étions le centre de l'univers, nous les hôtes fragiles d'une minuscule croute terrestre flottant sur un magma en fusion, d'une toute petite planète soumise aux influences - loin d'être toutes connues - du cosmos entier !
Une bonne occasion de modérer notre frénésie d'agitation incessante, non ?
François-Marie Michaut

30 - 31 juillet 2018
Tout émail dehors LEM 1078
Le plus minéral, avec ses cristaux d'hydroxyapatite de calcium, et le plus dur tissu de nos organismes vivants, mérite bien qu'on s'y arrête un court instant. Et point besoin de spécialiste en odontologie avec Jacques Grieu et la LEM 1078 : DENTITIONS.
François-Marie Michaut
----------------------------
Parole des lecteurs
Réponse à P. Dac :
De rage, je suis vert, me tance vertement :
Tempête en verre d'eau serait vers grossissant ?
Tout au fond de mon vers, le vrai est-il si sûr ?
Le ver n'est dans le fruit que lorsqu'il est bien mûr !
En berne est mon moral , ma verve devient louche :
Verre à pied ou à dent, tous deux vont à la bouche,
Alors, souffleur de vers ne rimeraient à rien ?
Le vers à moitié vide est encore trop plein ?
Mon « rimage » peut-être, est loin de mon plumage,
Et sa douce euphonie ne vaut pas un fromage ?
J. Grieu, mail du 30 juillet 2018

1 - 2 août 2018
Eléphantesque
Attention, lecteurs prudents en vacances. Si vous avez choisi la ville de Jaïpur (Indes) comme destination de vacances, deux nouvelles. La première est le risque zéro de se noyer en mer. La deuxième est le risque de faire une promenade sur le dos d'un éléphant porteur d'un bacille tuberculeux. Source : J.I.M. du 30 juillet 2018. Le risque de transmission aux humains semble exister.
Faut-il rappeler que le plus grand risque pour les touristes des pays les moins riches est d'être contaminé par un bacille tuberculeux humain ?
François-Marie Michaut
----------------------------
Parole des lecteurs
Sur le Coup d'Oeil Éléphantesque du 2 août 2018 :
Le roman de la tuberculose mérite d'être connu.
Voici un excellent blog :
http://bacterioblog.over-blog.com/article-15320136.html
Anonyme

3 - 5 août 2018
Âge unique
Temps tant attendu de nos contrées du Nord : les vacances. Pas si vides que leur dénomination le laisserait entendre. Coagulation de foules sur les rivages, portant, tous âges ,et souvent sexes confondus, bedons à l'air, le même accoutrement et les mêmes jeux et rituels infantiles. Troupeaux observant les mêmes rites et ne craignant qu'une chose : ne pas être tout près les uns des autres. Défense d'être seul, interdiction de ne rien faire, prohibition de la moindre originalité.
Tous jeunes à quelque âge que ce soit semble être la - biologiquement absurde - devise. À quand le remplacement des vacances par, le mot n'existant que sur ce site : des «pleinances» ? CO 27-28 février 2013 http://www.exmed.org/exmed/co2013a.html
François-Marie Michaut, CO d'Exmed 3-5 août 2018
François-Marie Michaut

6 - 7 août 2018
Scène de chaque jour LEM 1079
Un haussement d'épaule agacé devant les manifestations de l'ignorance de ceux qui croient tout savoir sans rien avoir étudié ne suffit pas. Laisser faire sans rien dire les bateleurs du sacro-saint internet n'est-il pas un puissant moyen de les encourager à aller encore plus loin dans leur dangerosité pour ceux qui ne demandent qu'à les croire.
Une prévention où l'humour servirait de révélateur serait une idée idiote ? Cécile Bour nous en montre plus avec sa LEM 1079 : C'est ça qu'on veut?.
François-Marie Michaut

8 - 9 août 2018
Ebola toujours là
Le redouté virus Ebola, auteur de fièvres hémorragiques majeures, qu'on croyait neutralisé il y a une semaine se manifeste à nouveau dans l'est de la République Démocratique du Congo nous informe le Monde du 5 août 2018. Dans une région qui connait depuis des années une redoutable guérilla, ce qui ne simplifie pas le travail - jamais facile en pareille occurence- des autorités sanitaires.
Ni, faut-il le dire, l'état de santé tant physique que psychique des populations.
Faute de mieux, juste une petite pensée pour eux.
François-Marie Michaut

10 - 12 août 2018
Les scandalisés sanitaires
Il ne peut pas exister de scandale, dans quelque domaine que ce soit sans que des personnes ne se considèrent comme scandalisées. La recette des créateurs de scandale est facile : utiliser les ressorts émotifs pour persuader qu'une faute lourde de conséquences a été commise. Les scandaleux, vrais ou supposés, doivent être démasqués et punis comme il se doit pour réparer leurs dégâts. Nous demeurons là dans un mode de pensée purement religieux tournant autour de prétendus péchés, d'autant plus redoutables qu'ils ne sont pas nommés.
Les erreurs existent, les imprudences sont une réalité, les décisions prises sans vision à long terme font partie de nos caractéristiques d'humains toujours pressés. Comment améliorer nos façons de penser et d'agir quand elles conduisent à des catastrophes, telle est la question essentielle qui jamais n'est posée.
François-Marie Michaut

13 - 16 août 2018
Déchaînés? LEM 1080
Trêve estivale de nos train-train quotidiens. C'est la douce loi des vacances. Une bonne occasion de se poser, sans perdre le sourire, sur ce qui nous fait paradoxalement ressembler aux coureurs du Tour de France.    Parole à maître Jacques Grieu, estampillé maison és poésie, pour la LEM 1080 : ENCHAÎNEMENTS. Et pas l'ombre d'un fantôme en vue.
François-Marie Michaut

17 - 19 août 2018
Pont et fausse route
Dramatique à souhait, l'effondrement du pont Morandi de Gênes. L'opinion publique s'embrase et crie à la curée. Il nous faut, et tout de suite, des coupables à punir, et à faire payer le plus cher possible ... ce qui n'a pas de valeur marchande. Bien entendu la police et la justice, c'est leur travail, finiront par épingler ceux qui ont livré au public cet ouvrage d'art impressionnant. Cette vision ne prenant en compte que notre façon de jeter la pierre aux accusés, hélas, risque de brider une compréhension moins étroite de ce drame. N'y a-t-il pas un dramatique emballement de notre frénésie d'agir, en misant tout sur ce qui permet de faire plus, de faire plus vite, de développer sans savoir où nous allons tout ce que la technoscience sait nous proposer ?
Alors, si les vieux ressorts des appareils religieux d'antan continuent de nous actionner, ne jetons pas la notion de culpabilité sur le dos des lampistes. Osons l'appliquer à chacun de nous qui contribuons à cet emballement matérialiste aveugle. Ce sont bien de nouveaux ponts que nous avons un besoin pressant.
François-Marie Michaut

20 - 21 août 2018
Maman les p'tits bateaux... LEM 1081
... qui vont sur l'eau ont-ils des jambes ? interroge la comptine enfantine. Si nous tentions, juste un bref instant, de demeurer dans cet univers des seules questions vraiment essentielles que les adultes évitent en nous traitant, comme dans la chanson, de gros nigaud ?
Pourquoi aujourd'hui est-il différent d'hier, et que demain ne sera pas pareil que le jour où on est ?
La LEM 1081 se paie le culot de donner à chaque lecteur une occasion de se forger son opinion personnelle. En espérant que cela puisse être, au moins pour certains, une lecture profitable.
François-Marie Michaut
----------------------------
Parole des lecteurs
Bonjour,
Très intéressante LEM 1081.....
Pour rester dans le tropisme médical,on peut évoquer une causalité circulaire dans l'autodestruction mutuelle du système de santé et de l'assurance maladie collective dite solidaire.Les conventions (?) s'enchaînent tels des pèlerinages où on se rend toujours au même endroit en chantant les mêmes cantiques.
La santé qui obéit en fait à la règle de l'offre et de la demande offre toujours plus de possibilités d'examens et de traitements à une population d'assujettis voulant faire valoir ce qui lui a été présenté comme un DROIT à la santé Ceci requiert toujours plus du système collectif d'assurance maladie dit solidaire ,en faillite virtuelle depuis les années 60 ,qui pour se préserver obère et dégrade le système de santé ,allant jusqu'à considérer qu'il existe des dizaines de milliers de prescripteurs en trop ,pour ensuite s'étonner des déserts médicaux.
Depuis 50 ans dans une logique désespérante de non changement les medecins sont face à leur chère Secu qui les fustige et les dénigre en les rendant responsable de son inéluctable ruine déjà pressentie dans un rapport de la Cour des Comptes de 1952.
Chaque convention correspond à un tour de bocal solidaire dans lequel le système de santé et le système d'assurance maladie collectif vont de plus en plus mal....comme deux époux qui ont fait un mauvais mariage et qui refusent le divorce.
Dr Jean-François Huet, ancien anesthésiste-réanimateur
Mail du 20 août 2018

Réaction à la LEM 1081,
Pas mal, camarade !!!
A creuser 😋
M.D.
Mail de Max Dorra du 20 août 2018
Praticien hospitalier professeur des universités Paris, écrivain.

22 - 23 août 2018
Tombe-t-on fou?
On pourrait le croire en lisant le JIM du 19 août 2018. Un article se fait l'écho de travaux de psychiatres scandinaves démontrant que l'usage du tabac constituait « un sérieux facteur de risque» de psychose. Autrement dit, il semble admis qu'il existerait un passage entre un fonctionnement psychiatrique dans les limites statistiques d'une «normale névrotique» et un passage dans ce qui est nommé, en fonction de symptômes cliniques, psychotique.
 Il est simplement honnête de dire que rien ne permet de dire qu'une telle modification de structure de perception du réel peut exister. Des manifestations psychotiques peuvent apparaitre tout au long d'une vie, tout simplement parce qu'elles étaient tenues cachées auparavant ! Une étiquette de fou, personne ne court après.
François-Marie Michaut

24 - 26 août 2018
Made in France des médecins
Bien étrange pays où ce sont des députés élus par les citoyens qui votent chaque année le nombre de médecins dont la France aura besoin dans quinze ans. Clairvoyance au long cours à laquelle aucun entrepreneur conscient n'oserait se risquer !
Depuis des années, la moyenne d'âge des médecins en exercice ne cesse de s'élever, et certaines spécialités de se faire rares. Peu importe, le «numerus clausus» demeure intouchable.
L'Ordre national des médecins vient de faire savoir que durant la dernière année, le quart des nouveaux praticiens s'installant avait effectué ses études à l'étranger. Cette nécessité d'importer des professionnels - dont la compétence n'est pas ici à mettre en cause- dans un pays longtemps réputé comme dispensant un des meilleurs enseignements du monde, pose un certain nombre de problèmes. Le « mercenariat» des blouses blanches est-il une bonne chose ?
François-Marie Michaut
----------------------------
Parole des lecteurs
Réponse au CO du 24-26 août 2018 : Made in France des médecins :
Y-a comme un défaut aurait dit l'humoriste Fernand Raynaud :
- selon ce papier notre système de formation médicale ne "produit" que 75% des nouveaux praticiens. Un sur quatre est un immigré d'un autre pays.
- le métier qui fait le plus rêver les Français en 2017 est celui de médecin. Référence : https://mavieafond.fr/ma-vie-pro/les-professions-qui-font-rever-les-francais
Savants experts qui savez tout, vite expliquez-nous pourquoi il en est ainsi.
Candide, 25 août 2018.

27 - 28 août 2018
Autour du nécessaire LEM 1082
Très vieux souvenir de classe de philosophie, une définition au rasoir. Est dit nécessaire ce qui ne peut pas ne pas être. Dans un monde où tout s'entrecroise dans tous les sens, comme dans un mouvement brownien, faire un tri de ce dont on peut se passer n'est ni facile, ni inutile.
Jacques Grieu nous entraine gaillardement dans ce labyrinthe avec la LEM 1082 : CONTINGENCES NÉCESSITÉ. Bonne lecture.
François-Marie Michaut

29 - 30 août 2018
Académie pontificale des sciences
Le pape François vient de se faire remarquer dans le contexte médiatique sulfureux de scandales sexuels récurrents impliquant des prêtres de l'Église catholique. Faute de pouvoir aborder de front la question de la pertinence spirituelle fondamentale en 2018 de l'interdiction de relations sexuelles pour les membres du clergé, il a botté en touche en impliquant et les parents et les médecins. Si des enfants montrent des «orientations homosexuelles», ils doivent être confiés à des psychiatres. Pour être soignés ? Il s'agirait donc d'une maladie. Jadis confinée au sein du chapitre des perversions sexuelles, forme de maladie mentale, cette vision des choses est réfutée depuis plusieurs dizaines d'années par la communauté psychiatrique toute entière. Soigner une maladie qui n'est pas une maladie : diaboliquement difficile. À quand une application numérique miracle pour déterminer si les séminaristes sont indemnes de toute «orientation» de leur sexualité pouvant poser problème ?
Pourquoi une telle ignorance du Souverain Pontife ? Il existe pourtant au sein du Vatican une Académie pontificale des sciences. Voici son site plein d'emphase : http://www.pas.va/content/accademia/en.html
Et là, surprise, pas la moindre mention de la psychiatrie, ni de la médecine générale. La génétique, la chirurgie, les neurosciences, la biologie moléculaire, la biochimie, domaines on ne peut plus dominés par la rationalité matérialiste, trônent sans partage.
Voyons-nous sombrer une multinationale qui a exercé son pouvoir spirituel et temporel sur toute la planète depuis 2 millénaires ?
François-Marie Michaut

31 août - 2 septembre 2018
Parlons gauloiserie
Le président Macron s'est gaussé devant la reine du Dannemark des « gaulois réfractaires au changement». Volontairement ou non, c'est la culture celte toute entière, qui est une des racines de la terre de France, qu'il nous oblige à regarder. Le récent festival interceltique de Lorient a montré largement le symbole de la «celtitude». Il se nomme le trisken. Un cercle dont le centre est le point de départ de trois rayons enrourés, comme pour donner un mouvement circulaire à l'ensemble. Le sens de rotation va de droite à gauche si on regarde le haut. La notion de cycle ( naissance, vie, mort de toute chose) nous est évidente. Celle de droite et de gauche a perdu toute signification pour notre modernité. Pourtant notre cerveau a deux hémisphères aux fonctions bien différentes. Un qui commande au côté qui fait - le droit le plus souvent- et un qui commande au côté qui sait, donc le gauche.
Alors ce trisken nous raconte bien, comme toutes les grandes traditions du monde, toute une histoire. La notre . Faire de ceux qui s'en réclament d'incurables conservateurs est ignorer combien nous pouvons, sans le savoir, être les vecteurs actifs d'une vérité oubliée.
François-Marie Michaut

3 - 4 septembre 2018
Au pied de la lettre LEM 1083
Pas facile de répondre aux mufleries habituelles d'un supérieur hiérarchique abusant de son pouvoir. Les enceintes hospitalières peuvent, parfois, trouver une réponse d'une pertinence... frappante. L'arme de la fausse naïveté sait être redoutable. Cécile Bour et la LEM 1083 Sitôt dit, sitôt fait vous attendent.
François-Marie Michaut

5 - 6 septembre 2018
«Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité»
Ainsi est intitulé l'appel de deux cents personnes célèbres et familières des médias pour rien moins que : «sauver la planète». Source : Le Monde du 3 septembre 2018. Tout ce qu'on observe et que chacun connait semble indiquer que la vie sur la terre est menacée à court terme. Fort utile prise de conscience pour notre avenir à tous, c'est indiscutable.
Mais faire appel au pouvoir politique pose un problème majeur. Est-il raisonnable, ou simplement adulte, de penser que ceux qui nous dirigent peuvent disposer d'un tel pouvoir sur les façons d'agir des hommes ? Comme si nous rêvions toujours comme des enfants à un père tout puissant. C'est toute une civilisation technoscientifique dopée à l'énergie consumériste qui règne dans tous les pays. Lois, règlements, conférences mondiales, instances nationales et internationales ne peuvent rien que de très marginal contre ce char d'assaut. Le plus grand défi est idéologique et non politique ou même économique. C'est celui de l'acceptation sans discussion, par tous les pays, du dogme quasi-religieux du déterminisme matérialiste qui nous gouverne.
François-Marie Michaut

7 - 9 septembre 2018
Heureuse fin d'un cycle
C'est dans les années 1970 que Simone Veil,alors ministre de la santé, a instauré le numerus clausus pour l'admission aux études de médecine. Chaque année, ce sont nos députés (comme s'ils avaient la moindre compétence en matière de santé) qui votent la quantité de médecins qui pourront obtenir leur diplôme d'exercice... 15 ans plus tard. La doctrine fut la suivante. La santé est un marché, comme tous les autres soumis à la seule loi de l'offre et de la demande. Les dépenses ( la demande, donc) s'envolant déjà, la solution technocratique a été de réduire l'offre ( le nombre de prsecripteurs). Résultat, pas loin de 50 ans après : l'assurance maladie a toujours un lourd déficit, et le phénomène dit de la désertification médicale ne cesse de s'étendre.
Le cycle politique est mort de sa belle mort : son inadaptation au réel.
Un nouveau cycle va naitre de ses cendres dont nous ne savons encore rien.
Wait end see diraient nos amis du National Health Service.
François-Marie Michaut
----------------------------
Parole des lecteurs
Réponse au CO du 7-9 septembre 2018 : Heureuse fin d'un cycle ( fin du numerus clausus des médecins)
C.B. le 7 septembre 2018
Ah je me souviens très bien de cette époque de gestion très commerciale de la médecine ; les politiques ne comprennent rien à la réalité du terrain. Peut-être serait-ce bien de prendre des médecins de terrain pour administrer ce ministère de la santé, et non des pharmaciens ou des oncologues fussent-ils brillants etc...Plutôt des gens qui auraient mis les mains dans le cambouis, le vrai, celui du terroir.
Maintenant on est obnubilés par la médecine préventive, arrogante et coûteuse, et surtout contre-performante. Mais une chimère en chasse une autre, fantasmons à présent sur la télémédecine, impasse qui sera tout aussi délétère, enfin nous verrons....

10 - 11 septembre 2018
Ceci n'est pas de la philosophie LEM 1084
Titre en forme de clin d'oeil au célèbre tableau de René Magritte avec son «Ceci n'est pas une pipe». Oser parler de la causalité de ce que les connaissances des soignants peuvent mettre au jour n'est pas faire oeuvre de philosophe. Ni bien entendu, si cependant il existe un rapport entre les deux, de sage.
Sauf allergie majeure, ce qui est une contrindication absolue, chacun peut aller voir du côté de la LEM 1084 : Un peu plus sur la causalité.
François-Marie Michaut

12 - 13 septembre 2018
Traitement à 500.000 euros par an
L'amyotrophie spinale est une maladie génétique dont l'évolution, dans les formes les plus précoces, est mortelle avant l'âge de deux ans. Le docteur Luc Perino consacre un article fort bien fait sur ce que la médecine propose quand survient un tel drame. Lien. L'utilisation habituelle de substances pour en faire des médicaments se fait de façon empirique. Tel produit présente une activité sur tel symptôme.
Ici, la démarche intellectuelle est inversée. La recherche a découvert qu'il existait une défaillance de la substance qui régule la quantité de neurones moteurs. Connaissant l'ADN en question, les chercheurs ont fabriqué un modificateur introduit dans l'ARN messager de la substance défaillante.
Impossible d'effectuer de vastes expérimentations, impossible aussi d'avoir une idée et de l'efficacité et de la durée d'un tel traitement purement «freinateur». Ce médicament est autorisé et revient à 500 000 euros par an.
Quel calvaire pour les parents, qu'ils acceptent ou non ce traitement. Mais qui prend en compte cette souffrance quand tout doit se traduire en termes d'argent ? Faut-il absolument faire tout ce qui devient faisable ?
François-Marie Michaut

14 - 16 septembre 2018
Cahier des charges
La fin programmée du numerus clausus des études de médecine implique une remise à jour de la formation médicale. Elle s'est constituée depuis 1789 par couches successives s'empilant en fonction de l'évolution des connaissances et des mentalités. Pourquoi ne pas prendre l'exemple de l'armée américaine devant s'équiper d'urgence après son entrée dans la seconde guerre mondiale ? Besoin d'un véhicule léger de reconnaissance pour intervenir sur tous les continents.
Un cahier des charges a été établi. En gros une voiture tout terrain pour 4 passagers et leur équipement construit en très grande série qui puisse facilement être parachutée et intégralement démontable et remontable avec une clé de 12. La jeep était née.
Fabriquer des médecins est bien plus compliqué, cela va de soi. Raison de plus pour établir un solide cahier des charges pour l'avenir.
Deux colonnes :
- qu'est-ce qu'on attend de nos praticiens d'un côté
- quels moyens se donne-t-on pour répondre au mieux à chaque demande de l'autre côté.
François-Marie Michaut

17 - 18 septembre 2018
Le savoir dire non LEM 1085
Exercice de haute voltige quand on est un médecin face à un patient. Refuser. Aucune école, en vérité, ne nous apprend les vertus irremplaçables de se rebeller contre une autorité qui nous fait nous renier nous-mêmes. Consensus obligatoire, esprit de groupe, prosternation devant ceux qui savent mieux que nous : c'est notre pain quotidien.
Jacques Grieu nous entraine avec sa LEM 1085 RÉBELLION RÉFUTATION dans une balade frondeuse salvatrice.
François-Marie Michaut

19 - 20 septembre 2018
La santé reste en plan
Plan pour la santé en France lancé le 18 septembre 2018. Qu'est-ce que la santé ? On a piqué le mot au latin sanitas utilisé par Cicéron. Il veut dire outre le fait de bien se porter la capacité de bien juger, de connaitre. Alors, c'est quoi cette santé ? Le chirurgien Henri Mondor invoquait poétiquement le silence des organes. L'Organisation Mondiale de la Santé en 1946 osait parler de « complet bien-être physique, mental et social [...] pas seulement une absence de maladie, d'infirmité.» Le paradis terrestre pour tous et pour toute la planète.
Hervé Anctil, au Canada, dans les années 1980, propose ceci : «La santé résulte d'une interaction constante entre l'individu et son milieu [...] capacité physique, psychique et sociale des personnes d'agir dans leur milieu et d'accomplir les rôles qu'elles entendent assumer d'une manière acceptable pour elles-mêmes et pour les groupes dont elles font partie».
Faute de dire clairement en préambule ce qu'on met dans le mot santé aucun plan, aussi travaillé soit-il, ne peut avoir de sens. Les 50 mesures proposées usurpent leur nom : elles ne mesurent rien du tout. Elles sont juste les panneaux indicateurs des points sur lesquels nous sommes en échec. Mettre une rustine n'a jamais empêché une chambre à air poreuse de se dégonfler, parole de cycliste.
Si, par malheur, j'avais la corvée de donner un avis à nos gouvernants sur leur copie, ce serait un «vous êtes hors sujet» à la vieille écriture rouge de mes profs d'antan.
François-Marie Michaut

21 - 23 septembre 2018
Alzheimer on oublie
Le récent déremboursement en France des médicaments utilisés dans le traitement de la maladie d'Alzheimer est un signal d'alarme. Nous continuons d'ignorer quelle est la cause de cette pathologie dont tout le monde a peur.
Nous ne tenons pas compte que nos neurosciences sont fondées sur un certain nombre de postulats, par nature scientifiquement indémontrables :
- que la conscience, comme tout autre type de pensée, est fabriquée et stockée dans notre seul cerveau humain
- que la mémoire est, elle aussi, une sorte de "sécrétion" de l'encéphale qui est conservée dans nos neurones
- que le temps est une réalité inébranlable de la physique fondamentale.
Deux auteurs français - c'est pas si fréquent- dont nous avons parlé plusieurs fois sur Exmed permettent de sortir de cette dramatique impasse intellectuelle : Dominique Aubier : «L'Alzheimer, étiologie établie d'urgence sous regard kabbalistique» (2008) et Philippe Guillemant : «La physique de la conscience.» (2015).
Un peu de courage intellectuel pour ne plus «perdre la tête» comme écrit Florence Chédotal ( Éditorial de La Montagne, 21 septembre 2018) , s'il vous plait.
François-Marie Michaut

24 - 25 septembre 2018
La maladie de la valeur LEM 1086
Tel est le diagnostic de notre société selon Max Dorra, écrivain et professeur de médecine interne à Paris. Notre système de santé que le président Macron a décidé de soigner par un vaste plan annoncé au public il y a quelques jours est-il atteint de cette pathologie ?
Sans se noyer dans les dispositions pratiques des mesures prescrites qui font le bonheur des commentateurs, c'est ce que tente de déterminer la LEM 1086 : Enfoncez-vous bien ça dans la tête.
Bonne lecture http://www.exmed.org/archives18/circu1086.html
François-Marie Michaut
----------------------------
Parole des lecteurs
CO du 19 septembre 2018 :La santé reste en plan
CB17
:
Oui, la santé, les pubs en abusent, est un idéal.
Pour rester les pieds sur terre, il faut alors parler de "soins de santé".
Claude Arthus répond :
C'est pas faux. Cette précipitation pour faire absolument quelque chose de spectaculaire quand une chose va mal !
Un médecin qui donne un traitement avant d'avoir pris le temps et fait l'effort de diagnostiquer une maladie, personne ne souhaite tomber entre ses pattes.
Monsieur Macron, votre papa, votre maman, vos frères et soeurs, tous médecins, ne vous ont pas montré par leur exemple que la réalité est là ?

26 - 27 septembre 2018
Homéopathes et "homéopatients"
Erreur méthodologique majeure pour ceux qui veulent évaluer la si populaire homéopathie. Se focaliser sur les seules vertus pharmacologiques des petites pilules comme si le «principe actif » du système thérapeutique s'y trouvait.
- C'est ignorer la découverte de Balint que le médecin lui-même est un remède, ce qui ne fait pas l'affaire des revenus de l'industrie chimique.
- C'est négliger le fait clinique que l' interaction entre un soigné et un soignant produit une certaine quantité d'effet thérapeutique ou pathologique.
La capacité oubliée de l'auto et de l'hétéro-guérison, nous l'avons nommée sans la comprendre placebo. Ce qui se passe entre les homéopathes et leurs «homéopatients» donne lieu à la production d'un effet placebo qu'il serait logique d'évaluer. Pour le comparer au placebo + effet pharmacologique -positif comme négatif- obtenu par le couple allopathe et son patient.
Il est vrai que le jour où il serait possible de mesurer la valeur soignante de chaque médecin, cela risquerait de faire du bruit dans l'espace de l'Internet comme dans les chaumières et cabinets de consultation ! Et, on peut toujours rêver, dans les sphères chargées de la formation des médecins.
François-Marie Michaut

28 - 30 septembre 2018
Nerf honteux
Ainsi l'anatomie qualifie-t-elle, en le distinguant, s'il vous plait, en interne et externe, le système nerveux des organes sexuels féminin et masculin. Cette histoire de honte liée à des fonctions on ne peut plus nécessaires à la perennité de notre espèce a été tempérée avec une savante latinitude. On parle alors de nerf pudendal. Le pudendum (ça sent la pudeur et tout plaisir est banni) signifiant l'appareil sexuel.
Bien encombrant en 2018, cet héritage culturel venu du christianisme. L'église catholique qui a imposé le célibat des religieux des deux sexes en même temps que le mariage, autour l'an mille, est en position intenable. La révélation publique du non respect - pour rester modéré - de l'abstinence des clercs pose une question. Une règle non suivable doit-elle être maintenue ? À moins de décréter que le créateur nous a doté d'organes dont certaines créatures n'ont pas le droit de se servir. L'existence d'une règle qui peut favoriser la dissimulation des comportements sexuels les plus pathologiques est-elle moralement et théologiquement défendable ?
Si honte il peut y avoir dans cette histoire, elle ne peut être que dans le maintien obstiné d'une hiérarchie dotée d'un pouvoir spirituel planétaire dans un silence total.
François-Marie Michaut
Note de l'auteur
Avec une journée de retard sur ce papier, le Monde publie "Prêtres pédophiles : le célibat aux racines du mal ?
Autoriser le mariage des ecclésiastiques serait-il le remède aux abus sexuels dans l’Eglise ? Fin de citation.
Une fois de plus nous nous précipitons sur un remède ( changer une règle de discipline cléricale avant même d'avoir établi un diagnostic sérieux de ce qui cloche au départ depuis 1000 ans. " les racines du mal" du rédacteur du Monde.
Je répète ma question. L'entité créatrice, crue infiniment bonne par la Bible, peut-elle doter une de ses créatures d'organes qu'elle leur interdit d'utiliser sous prétexte de la servir mieux ?
Pour la façon dont certains savent pervertir l'écran de cet interdit si vénérable, suffit de relire Tartuffe. Tout y est !