www.exmed.org

Accéder à tous nos coups d'oeil parus depuis 2002

L'année exmed 2018

Voici les coups d'oeil de juillet 2018 déjà parus sur le site  exmed


29 juin - 1er juillet 2018
L'arrêt de travail est un soin médical
L'Assurance-maladie obligatoire et unique en France est en colère. Depuis 2014, le nombre des indemnités journalières qu'elle verse à ses assujettis ne cesse d'augmenter. Ça coûte trop cher, faut y remédier. Comptablement parlant, cette position se défend. S'en prendre aux médecins prescripteurs, vivement taxés de complaisance aux demandes abusives des assurés, est un aveu d'incompréhension de leur travail médical.
Soustraire une personne aux contraintes liées à son activité professionnelle est une décision thérapeutique. cela fait partie intégrante d'un traitement. Sait-on qu'il faut parfois se battre avec certains pour qu'ils se reposent ? Sait-on que tout médecin, sans le crier sur les toits, fait tout ce qu'il peut pour que d'autres reprennent une activité professionnelle qui peut les aider à aller mieux ?
Alors, au lieu de se mêler du travail des praticiens auquel on ne comprend rien, ne serait-il pas infiniment plus intelligent de s'occuper sérieusement de rendre le monde du travail moins nuisible à la meilleure santé possible des travailleurs ? Le boulot-bobo-hosto, quel programme de vie enthousiasmant !
François-Marie Michaut

2 - 3 juillet 2018
Esprit LEM 1074
Le vieux Blaise Pascal aimait bien différencier l'esprit géométrique et l'esprit de synthèse. Les adeptes des tables tournantes sont pour la question : «esprit es-tu là ?». Les classes terminales non techniques de nos lycées sont dites scientifiques - les plus cotées- ou littéraires.
Les écrits médicaux ne soulèvent même pas ce que peut signifier la notion d'esprit. La LEM 1074 prend le risque du ridicule en enfreignant ce non dit. Bonne lecture aux audacieux.
François-Marie Michaut

4 - 5 juillet 2018
Moins bien tu roules
Toucher à notre sacro-sainte voiture est dramatiquement vécu par un grand nombre de Français. La récente réduction de 90 à 80 kilomètres heure en dehors des voies rapides en est une illustration. Les bénéfices annoncés, y compris les morts en moins et une moindre consommation des véhicules, ne sont pas jugés convaincants.
Juste pour se dérider, une simple observation logique. Plus la route est encombrée, comme autour de nos résidences urbaines périphériques, plus diminue le temps de trajet où la vitesse autorisée par la loi est simplement possible. Inversement, sur des routes désertes ou presque, la moyenne est plus sérieusement amputée.
- Moins bien tu roules, moins de temps tu perds.
- Mieux tu roules, plus de temps tu perds.
François-Marie Michaut

6 - 8 juillet 2018
Confraternité, quesaco?
Le code de déontologie médicale en France a conservé, dans ses règles s'imposant à tous, la notion de confraternité. De quoi s'agit-il en vérité ? Organiser une loi du silence sur le modèle des sociétés secrètes ou des mafias ? Laisser croire que chez nous tout le monde se comporte de la même façon, et pire encore, partage les mêmes manières de juger les choses et les gens ? Museler les tentatives de sortir des clous de l'habitude et du consensus des esprits des fortes têtes et autres illuminés d'entre nous ? Faire en sorte qu'il ne puisse y avoir aucun débat d'idées en dehors des sociétés savantes et autres organismes de recherche ? Qu'on s'interdit d'attaquer les personnes en cas de divergence d'idée ?<
Difficile de le savoir. Si Paris valait bien une messe pour Henri IV, la médecine de 2018 mériterait bien que soit contradictoirement défini ce que confraternité veut dire.
François-Marie Michaut

9 - 10 juillet 2018
Quantitatif LEM 1075
Fichue manie que nous avons de compter et de calibrer chaque chose en espérant ainsi en avoir une meilleure connaissance. Heureusement les mots sont là, délicieusement malicieux, quand on sait leur faire dire plusieurs choses à la fois. Autant le sens unique dans nos voies de circulation routières s'impose, autant il devient dangereux dans nos échanges quotidiens avec les autres. Comme avec nous-mêmes! Traducteurs automatiques, vous voilà largués.
Alors pour le plaisir des neurones, une petite LEM n° 1075 de Jacques Grieu : ÉNORMÉMENT peu et beaucoup.
François-Marie Michaut

11 - 12 juillet 2018
Iatropathologie
Mot savant pour désigner une réalité qui ne fait plaisir ni aux médecins, ni aux pharmaciens, ni à l'industrie chimique. La prise de médicaments, outre ses bénéfices précieux quand tout se passe bien, n'est jamais totalement anodine, ni sans danger grave. Luc Périno y consacre sur son blog son « humeur du 09/07/2018 ». Lien: https://lucperino.com/584/le-medecin-expert-de-demain.html
Il y aurait pour cette cause, selon Marie Allier ( site ouvertures.net) entre 13 000 et 45 OOO morts par an en France. Juste pour fixer les ordres de grandeur, l'alcoolisme tue chez nous environ 30 000 sujets chaque année.
La désescalade thérapeutique, exercice très difficile, devrait faire, tôt ou tard, partie de la formation des praticiens. La responsabilité de chaque personne qui vante un traitement ( ou fait tout pour sa disparition ) y compris sur Internet ou les réseaux virtuels, est engagée. D'abord ne pas nuire, ne concerne pas que les médecins.
François-Marie Michaut

13 - 15 juillet 2018
Y a comme un os
En France, jérémiades médiatiques redondantes sur le phénomène dit, par des gens ne sachant pas ce que désert veut dire, de désertification médicale. Échecs à répétition des mesures purement matérielles pour attirer de nouveaux praticiens travaillant individuellement.
Dans le même pays, les médecins fonctionnaires des hôpitaux publics connaissent une désaffection sans précédent. 27,5 % des postes ne sont pas pourvus. Source : Le Quotidien du médecin du 11 juillet 2018.
Ici encore, les jeunes médecins veulent de plus en plus être salariés pour exercer leur métier.
Est-il raisonnable de continuer à vouloir faire perdurer un système produisant de telles situations ?
François-Marie Michaut

16 - 17 juillet 2018
Injonction paradoxale LEM 1076
Curieuse façon de communiquer avec une autre personne repérée par les psychiatres systémiciens. Exprimer en même temps un message et son contraire. Le cabinet médical n'est pas à l'abri de cette communication hautement destabilisante. C'est ce qu'illustre en un dessin la LEM 1076 de Cécile Bour.
François-Marie Michaut
Dernière minute : la rédaction a pris bonne note du résultat de la coupe du monde de foot-ball le 15 juillet 2018 et met en chantier sa lecture décalée de l'évènement.

18 - 19 juillet 2018
Le  mot champion
Hurlé, chanté par des foules joyeuses en France, déguisées, grisées, drapeaux tricolores agités, que veut bien dire le mot champion ? Il nous vient en droite ligne du Moyen-Âge chevaleresque et de ses tournois. Un champion, c'est celui qui combat avec son cheval et son armure dans un champ clos. Donc, ou vainqueur, ou vaincu, selon à qui la gente dame lance son mouchoir.
N'y a-t-il pas également une contradiction entre le champ bien fermé des lices médiévales et le globe terrestre tout entier dans la dénomination de champion du monde ?
Une question de taille surgit. La réalité célébrée s'arrête-t-elle aux portes du stade, ou symbolise-t-elle infiniment plus que la dispute avec les pieds pour un unique ballon de 22 garçons en culotte courte ? La réponse de nos penseurs de service et récupérateurs habiles est à suivre de près.
François-Marie Michaut

20 - 22 juillet 2018
La force de leur joie de vivre
Observer les réalités de l'extérieur est précieux pour ceux qui sont à l'intérieur. Méthode évidente en cas de maladie. Michaela Wieger du « Frankfuter Allgemeine Zeitung» dans LE MONDE du 18 juillet 2018 livre ce diagnostic surprenant : Coupe du monde 2018 : « Les Français montrent la force de leur joie de vivre» .
Pour nous qui avons l'habitude de cultiver partout un discours de pessimisme blasé à propos de tout et de tous, quelle surprise inattendue. La force, l'énergie de notre joie de vivre - et pas l'adoration du seul dieu Sport - est en nous. Et nous ne le savons pas ! Allons-nous la faire disparaitre parce qu'elle perturbe nos croyances, ou allons-nous, enfin, faire confiance en nous-mêmes ? En regardant en face la réalité de toutes nos imperfections.
François-Marie Michaut