la LEM, 1er webzine de santé

Par nos échanges de qualité entre Internautes:
  • Retrouvons la confiance   
  • Restaurons la conscience 
  • Renforçons la compétence








Coup d'œil du jour

26-27 septembre 2018



Homéopathes et «homéopatients»

Erreur méthodologique majeure pour ceux qui veulent évaluer la si populaire homéopathie. Se focaliser sur les seules vertus pharmacologiques des petites pilules comme si le «principe actif » du système thérapeutique s'y trouvait.
- C'est ignorer la découverte de Balint que le médecin lui-même est un remède, ce qui ne fait pas l'affaire des revenus de l'industrie chimique.
- C'est négliger le fait clinique que l' interaction entre un soigné et un soignant produit une certaine quantité d'effet thérapeutique ou pathologique.

    La capacité oubliée de l'auto et de l'hétéro-guérison, nous l'avons nommée sans la comprendre placebo. Ce qui se passe entre les homéopathes et leurs «homéopatients» donne lieu à la production d'un effet placebo qu'il serait logique d'évaluer. Pour le comparer au placebo + effet pharmacologique -positif comme négatif- obtenu par le couple allopathe et son patient.

Il est vrai que le jour où il serait possible de mesurer la valeur soignante de chaque médecin, cela risquerait de faire du bruit dans l'espace de l'Internet comme dans les chaumières et cabinets de consultation ! Et, on peut toujours rêver, dans les sphères chargées de la formation des médecins.

François-Marie Michaut,  lecteurs(arobase)exmed.org  
    Donner
votre avis

Paroles des lecteurs :
- écrire à lecteurs(arobase)exmed.org
- formulaire de contact du site Exmed.

    D'accord, pas d'accord, cet espace vous est destiné.
Donnez librement votre avis aux lecteurs de ce site.

CO du 19 septembre 2018 :La santé reste en plan

CB17 :

Oui, la santé, les pubs en abusent, est un idéal.
Pour rester les pieds sur terre, il faut alors parler de "soins de santé".

19 septembre 2018 Claude Arthus répond :

C'est pas faux. Cette précipitation pour faire absolument quelque chose de spectaculaire quand une chose va mal !
Un médecin qui donne un traitement avant d'avoir pris le temps et fait l'effort de diagnostiquer une maladie, personne ne souhaite tomber entre ses pattes.

Monsieur Macron, votre papa, votre maman, vos frères et soeurs, tous médecins, ne vous ont pas montré par leur exemple que la réalité est là ?



 

Réponse au CO du 7-9 septembre 2018 : Heureuse fin d'un cycle ( fin du numerus clausus des médecins)

C.B. le 7 septembre 2018

Ah je me souviens très bien de cette époque de gestion très commerciale de la médecine ; les politiques ne comprennent rien à la réalité du terrain. Peut-être serait-ce bien de prendre des médecins de terrain pour administrer ce ministère de la santé, et non des pharmaciens ou des oncologues fussent-ils brillants etc...Plutôt des gens qui auraient mis les mains dans le cambouis, le vrai, celui du terroir.

   Maintenant on est obnubilés par la médecine préventive, arrogante et coûteuse, et surtout contre-performante. Mais une chimère en chasse une autre, fantasmons à présent sur la télémédecine, impasse qui sera tout aussi délétère, enfin nous verrons....


 


Le Coup d'Oeil du jour   d'Exmed est annoncé sur :

blogger LEM

_______________

      Retrouver les quatre dernières LEM:

  • Enfoncez-vous bien ça dans la tête, François-Marie Michaut, LEM 1086
  • RÉBELLION RÉFUTATION , Jacques Grieu, LEM 1085
  • Un peu plus sur la causalité, François-Marie Michaut, LEM 1084
  • Sitôt dit, sitôt fait, dessin, Cécile Bour, LEM 1083